VOTE | 532 fans

Jezebel

Jezebel: You’ve been in a lot of horror movies at this point (Unfriended, Ouija). Do you relate to the term “Scream Queen”?

Shelley Hennig: Not really. I think everything is horror these days, even these supernatural shows, including Teen Wolf. Everything I do has an element of horror to it. It’s so available and out there that I don’t think I’m anything special within that genre. But I have been told that I have a pretty good cry face that people compare to Kim Kardashian cry face.

That’s a flattering comparison. She’s the master of that.

I can’t beat her! I’m looking forward to doing other things as well, but horror has been really good to me. I think I understand it and I’m really able to— I think, as an actor—make it as believable and grounded as possible, which is a real challenge when you’re doing supernatural story lines, but it’s something that’s really important to me—to keep it grounded. An

Even with Ouija. The fact that it was about the ouija board—everybody has a story about the ouija board! Everybody—almost everybody—can relate to those crazy experiences that some of us have had. So, I dunno! Maybe I do so much horror that I don’t even think about it.

Yeah, and with Unfriended, I’m sure people can relate to the technology aspects—

[At this point in the interview, our call breaks up and we get disconnected. Shelley calls me back a moment later.]

How appropriate!

Our phones our haunted by a ghost teen!

Laura Barns!

Back to what we were talking about before, I guess a movie like Unfriended is even more relatable because of the prevalence of online harassment and bullying.

Absolutely and what’s so cool about the film is that because it takes place on a girl’s desktop—my character Blair— you’re actually learning a lot about her based on how she moves her curser. She’ll type, erase, and start typing again. You learn a lot about her browsing habits and her browsing habits end up telling you about the character and we can all relate to that.

It’s funny because I watched the movie with a live audience and it’s amazing how much people relate to the elements within the movie. The filmmakers didn’t let the limitations of doing a movie on a desktop mess them up. They used it to their benefit. The glitches of modern technology is what makes it suspenseful.

And then the whole bullying thing, of course. Although the movie is not a brochure of how to stop bullying, it definitely sheds some light on that problem and again, all these things make this movie surprisingly relatable, which is really important to me and the filmmakers.

Now I’m just imagining them showing this at a high school as a lesson on bullying.

Ha, I don’t think that’s what [director] Timur Bekmambetov intended the movie to be. He came up with the idea because he spends his entire life on Skype. He’ll be directing a movie in Russia and Skyping into a production meeting in Los Angeles and giving notes here while he’s over there.

He came up with this idea that a movie should take place on Skype because it’s where he lives his life. They were trying to figure out what that movie looked like and then he and Nelson Greaves, the writer, were like, “Oh, we add the element of horror.” And that’s when the bullying thing came into play. It’s definitely a big part of the movie, but it’s told in a very interesting and unique way.

I want to double back to something you said before about moving on to other stuff and it seems like between this and Teen Wolf, you’re playing a lot of teens which is probably fun, but—we’re the same age. 28, right?

I’m just open to doing all different kinds of movies. I have a movie called Scout coming out and it’s a coming of age story. It’s got Danny Glover, Ellen Burstyn and Nikki Reed and a bunch of amazing actors. I just watched it. I have a very small role in it, but it was really fun to make and really light, but I do want darker roles.

Basically, I feel like, at this age, if someone has a great idea or innovative script, I don’t have any limitations in my mind. Especially after doing a movie like Unfriended where I was literally acting through a portal and looking down a lens—not seeing people or touching people. To still be able to get the emotions across, I shocked myself. People keep asking, “How did you do that? How did you do that?” I have no clue how I did it. I just made it work.

I pride myself on being an actor—and I think it comes from my soap opera days where I’d only have one take and if someone messed up a line, I’d have to repeat it as a question just so we’d keep going, so there’s this side of me that, when they call action I will make it work. I’m very— because of the soap opera training and Unfriended where it’s a trial and error filmmaking process—I feel like I’ve become a “Yes” girl. Like you tell me to do something and I’ll make it work. And I get off on that and I think it’s fascinating and I love that challenge so I’m just looking to have even more challenges.

I love every project that I’ve done because they’ve been challenging in their own unique ways and I’m just looking forward to continuing the process of growing and being proud of the work that I do and the projects as a whole. Like, everybody on Teen Wolf is amazing, everybody who worked on Unfriended is incredible. The collaboration is what makes these things watchable. So I’m just looking forward to hopefully having even more opportunities.

You say it was challenging to make Unfriended. Can you go into what you mean by that?

For the audition, we Skyped in one room with another actor in another room while the directors watched on computers. It was essentially voyeurism. And it was love and first sight, even in the audition process, doing something unique and that I’d never seen before. I knew that this project was going to be something different and that’s what really hooked me and I knew I had to be a part of it.

The process then continued very similarly. We did do rehearsals in real life, like the actors sitting next to each other in a room, but then the first day on set, we were all alone in our bedrooms, all in one house. Each actor had a bedroom set-dressed for their characters and Adam [Sidman], one of the producers, created this technology to be able to film in real time. So we had our laptops and Gopros and million wires coming out of our laptops and we had the filmmakers in our ears, directing us in real time and sending messages to our computers without warning. They were messing with us and we’d respond organically.

That was, you know, different but also liberating. Everything felt organic and real. It was almost like improv. And Nelson wrote a great story that he allowed us to capitalize on by never making us say the same thing twice. As I was watching the film—half the stuff I don’t remember saying because I only said it once.

The biggest challenge was starting and stopping in these emotional places, so at lunch one day I raised my hand like a school girl and asked Nelson and [co-director] Leo [Gabriadze] if we could film the movie in one take and their eyes just lit up. My co-stars looked at me like they were going to fucking kill me. I was like, “I’m sorry! Let me explain!” I said, “Don’t you think it would be a little easier to run it through from beginning to end so that you don’t have to start and stop with emotional stuff?” So that piqued their interest and everybody agreed to do it.

It was the most satisfying experience of my career. My costars were amazing, everybody was on point and if we got off track, we had Nelson in our ear to just remind us to revisit a certain topic. But it was unbelievable! We literally ran through the entire movie in one take and, according to the filmmakers, that one long take is the majority of the movie.

That’s crazy.

Yeah, it was crazy. I don’t know how the fuck we did it.

Ecrit par maelysmiss 

Traduction

Jézabel: Vous avez été dans beaucoup de films d'horreur jusqu'ici (Unfriended, Ouija). Estc e qu'on peut vous reliez au terme "Scream Queen"?

Shelley Hennig: Pas vraiment. Je pense que tout est horreur ces jours ci, même ces séries surnaturelles, y compris Teen Wolf. Tout ce que je fais ,est relié à un élément d'horreur. c'est donc si disponible en ce moment et je ne pense pas que je suis spéciale dans ce genre. Mais on m'a dit que j'avais un assez bon visage pour crier ,si bien que  les gens me comparent au cri de Kim Kardashian .

Voilà une comparaison flatteuse. Elle est la maîtresse du genre.

Je ne peux pas la battre! Je suis impatiente de faire d'autres choses aussi, mais l'horreur a été vraiment bon pour moi. Je pense que je le comprends et je suis vraiment  capable de - je pense, comme actrice-faire cque ce soit crédible et fondé autant que possible, ce qui est un véritable un défi quand vous faites des histoires surnaturelles, mais c'est quelque chose qui est vraiment important pour moi ,de garder  les choses possibles.

Même avec Ouija. Le fait que c'était une planche de Ouija, tout le monde a une histoire à propos de la planche Ouija! Tout le monde-presque tout le monde peut se rapporter de-ces expériences folles . Donc, je ne sais pas! Peut-être que je fais tellement d'horreur que je n'y pense même pas au final.

Ouais, et avec Unfriended, je suis sûre que les gens peuvent se rapporter à certains aspects- de la technologie

[A ce moment de l'entrevue, l'appel s'arrête et nous sommes déconnectés. Shelley me rappelle un moment plus tard.]

C'est très approprié!

Nos téléphones sont hantés par une adolescente fantôme!

Laura Barns!

Retour à ce dont nous parlions auparavant, je suppose qu'un film comme Unfriended est encore plus rattachable à cause du harcèlement et de l'intimidation en ligne.

Absolument et ce qui est tellement cool à propos du film c'est que mon personnage est une jeune fille Blair- dont on apprend beaucoup de choses sur sa la façon dont déplace son curseur. Elle va le saisir, effacer, et commencer à taper à nouveau. Vous en apprendrez beaucoup sur ses habitudes de navigation et les habitudes de navigation finissent par vous en dire plus sur le personnage et nous pouvons tous comprendre cela.

c'est drôle parce que  quand je regardais le film avec le public en direct ;j'ai été étonné de voir combien les gens se rapportent à des éléments à l'intérieur du film. Les cinéastes n'ont pas eu de limites pour faire un film qui n'était pas un simple gâchis. Ils l'ont utilisé à leur avantage. La technologie moderne est ce qui fait le suspense. dans ce film

Et puis l'intimidation, bien sûr. Bien que le film ne soit pas une brochure sur la façon d'arrêter l'intimidation, il met définitivement en lumière ce problème et encore une fois, toutes ces choses  font que ce film est étonnamment facile à relier, ce qui est vraiment important pour moi et les cinéastes.

Maintenant, je m'imagine qu'on montre ce film dans les lycées comme une leçon sur l'intimidation.

Ha, je ne pense pas que ce soit ce que le  [réalisateur] Timur Bekmambetov voulait que le film soit. Il est venu avec l'idée parce qu'il passe sa vie sur Skype. Il dirigeait un film en Russie et Skype était le seul moyen pour faire les réunions de production à Los Angeles alors qu'il était là-bas.

Il est arrivé avec cette idée qu'un film devrait avoir lieu sur Skype parce que c'est l'endroit où il passe la plupart de son temps. Ils essayaient de comprendre ce à quoi ce film ressemblait ,puis lui et Nelson Greaves, l'écrivain, se sont dit , "Oh, nous ajoutons l'élément d'horreur." Et l'intimidation est entré en jeu. c'est certainement une grande partie du film, mais c'est amené sd'une manière très intéressante et unique.

Je veux  revenir sur quelque chose que vous avez dit auparavent, sur le fait de faire d'autres choses et il semble que Teen Wolf en fasse partie, vous jouez beaucoup d'adolescente,ce qui est probablement amusant, mais on a le même âge. 28 ans , non?

Je suis juste ouverte à faire toutes sortes de films. J'ai fait un film appelé Scout ,qui va sortir et ça parle de l'histoire de l'âge. Le film est avec Danny Glover, Ellen Burstyn et Nikki Reed et un tas d'acteurs étonnants. Je viens de le voir. J'ai un très petit rôle, mais ça a été vraiment amusant à faire et vraiment léger, mais je veux des rôles plus sombres.

Fondamentalement, je sens qu' à cet âge, si quelqu'un a une idée géniale ou un script innovante, je ne dois pas avoir de limites dans mon esprit. Surtout après avoir fait un film comme Unfriended où j'agis littéralement  par l'intermédiaire d'un portail et en regardant dans une webcam ,où je ne pas voir les gens ou toucher les gens. Pour garder les émotions , je me suis faite violence. Les gens continuent à me demander, "Comment avez-vous fait cela? Comment avez-vous fait ça? "Je dois  dire que je n'ai aucune idée de comment je l'ai fait. Je l'ai juste fait.

Je me vante d'être actrice, et je pense que ça vient du soap opera où j'avais une seule prise et si  je foirais une réplique, je devais la répéter ,pour que l'on continue de tourner, donc il y a ce côté de moi, quand ils disent action et je sais que ça va fonctionner. Je suis ... la formation de soap opera et Unfriended -je sens que je suis devenu une fille qui dit «Oui». Quand vous me dites de faire quelque chose, je vais le faire fonctionner. Et je pense que c'est fascinant et j'aime ce défi, donc je suis à la recherche de plus de défis.

J'adore chaque projet que j'ai pu faire parce qu'ils ont été difficiles et je suis juste impatiente de poursuivre le processus de croissance et être fier du travail que je fais et les projets dans leur ensemble. Tout le monde est incroyable sur Teen Wolf , tout le monde sur Unfriended est incroyable. La collaboration est ce qui rend ces choses regardables. Donc, je suis juste impatiente d'avoir espérons encore plus de possibilités.

Vous dites que ça a été difficile de faire Unfriended. Pouvez-vous aller plus loin ,que voulez  vous dire par là?

Pour l'audition, on a fait un skype dans une chambre avec un autre acteur dans une autre pièce, tandis que les casteurs regardaient sur les ordinateurs. c'était essentiellement du  voyeurisme. Et ce fut le coup de foudre, même dans le processus d'audition, faire quelque chose d'unique et que je n'avais jamais vu avant. Je savais que ce projet allait être quelque chose de différent et c'est ce qui m'a vraiment accroché et je savais que je devais en faire partie .

Le processus s'est ensuite poursuivi de façon très similaire. On faisait des répétitions dans la vraie vie, ;les acteurs  étaient assis de l'autre dans une pièce, mais pour le premier jour de tournage, nous étions tout seul dans nos chambres, dans une maison. Chaque acteur avait une chambre décorée pour leurs personnages et Adam [Sidman], l'un des producteurs, ca réé cette technologie pour être en mesure de filmer en temps réel. Donc, on avait nos ordinateurs portables et des millions de  fils sortaientde nos ordinateurs et on avait les cinéastes aux oreilles, pour nous diriger en temps réel . Ils envoyaient des messages à nos ordinateurs sans nous le dire. Ils déconnaient avec nous et nous aimerions répondre naturellement.

Cela a été, vous savez, différent mais aussi libérateur. Tout était naturel et réel. c'était presque comme de l'improvisation. Nelson a écrit une belle histoire qui nous a permis de capitaliser et de ne jamais faire la même chose deux fois. j'ai  vu le film et la moitié des choses que j'ai dite je ne m'en souviens pas parce que je ne les ai dites qu' une fois.

Le plus grand défi a été de commencer et d'arrêter ces émotions, donc un jour pendant le  déjeuner , j'ai levé la main comme un epetite fille  à l'école et j'ai demandé à Nelson et [co-réalisateur] Leo [Gabriadze] si nous pouvions filmer le film en une seule prise et leurs yeux se sont  juste illuminés. Mes co-stars m'ont regardé ,et ils voulaient me tuer. Je me suis dit, "je suis désolée! Permettez-moi de vous expliquer! ". J'ai dit "Vous ne pensez pas que ce serait un peu plus facile de tourner en une seule fois de sorte que vous ne devez pas démarrer et arrêter ces émotions? "Alors, celà a  piqué leur intérêt et tout le monde a accepté de le faire.

Ce fut l'expérience la plus satisfaisante de ma carrière. Mes co-stars étaient incroyables, tout le monde était au top et si on était sur la bonne voie, on avait Nelson dans l'oreille pour nous rappeler simplement de parle de certain sujet. Mais ça a été incroyable! Nous avons littéralement fait tout le  tout le film en une seule prise et, selon les cinéastes, cette longue prise est le film.

C'est fou.

Ouais, c'était fou. Je ne sais pas comment on a  fait.

Ecrit par maelysmiss 
Activité récente
Actualités
Adelaide Kane I Nouveau rôle

Adelaide Kane I Nouveau rôle
Adelaide Kane (Cora Hale) jouera dans le film Cosmic Sin. Elle sera aux côtés de Frank Grillo, Bruce...

Dream It Festival : nouvelles dates et invités

Dream It Festival : nouvelles dates et invités
La Dream It Festival qui devait avoir lieu Dimanche 24 Mai 2020 a été reportée du Samedi 12 au...

Happy Birthday Linden Ashby

Happy Birthday Linden Ashby
Aujourd'hui Samedi 23 Mai c'est l'anniversaire de l'interprète du meilleur shérif de Beacon Hills,...

Reunion Teen Wolf !

Reunion Teen Wolf !
Grande nouvelle la majeure partie du casting de Teen Wolf se réunira virtuellement le Vendredi 5...

HATM 4 : Ian Bohen reconfirmé

HATM 4 : Ian Bohen reconfirmé
Ian Bohen a reconfirmé sa présence aux nouvelles dates de la convention HATM4 qui aura finalement...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

sanct08, Hier à 17:59

Vous avez jusqu'au 31 mai à 00h pour répondre !

mnoandco, Aujourd'hui à 07:00

Bonjour, bannière en vote pour le quartier New Amsterdam dans les préférences. N'hésitez pas à donner votre avis ou

mnoandco, Aujourd'hui à 07:00

Merci

Steed91, Aujourd'hui à 07:51

Nouveau sondage sur le quartier Modern Family, quel pourrait être le titre de l'épisode 11.10 ?

Steed91, Aujourd'hui à 07:51

Venez nombreux, pas besoin de connaître la série

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site