VOTE | 516 fans

#104 : 48 heures

Un nouveau chasseur arrive en ville, mettant la vie de Derek en danger et le forçant malgré lui à faire de Scott et Stiles des alliés. Parallèlement, Scott essaie de survivre au dîner avec le père d'Allison.

Popularité


5 - 3 votes

Titre VO
Magic Bullet

Titre VF
48 heures

Première diffusion
20.06.2011

Première diffusion en France
06.10.2011

Vidéos

Promo

Promo

  

Recap

Recap

  

Plus de détails

Kate Argent conduit sur une route sombre la nuit, en écoutant la radio, après un rapport d'attaques animales dans la région, elle éteint la radio. Elle est alors attaquée par L'Alpha, elle sort un fusil de chasse et blesse la créature, elle se révèle alors être un chasseur. Derek , qui suit l'Alpha, est blessé au bras par Kate .

Scott , entendant l'appel de l'Alpha, va à sa rencontre et trouve Kate et Chris en train de discuter, Kate révèle que celui qu'elle a touché n'a plus que 48 heures à vivre.

Le lendemain, Allison est contente de voir que sa tante est venue la voir. Plus tard, Derek va au lycée pour chercher Scott  et demande à Jackson où il peut le trouver. Mais Jackson pense que Derek est trafiquant de drogue . En réalisant cela, Derek décide de trouver Scott lui-même et commence à perdre le contrôle de ses capacités , il griffe Jackson dans le cou  . Il écoute alors à la conversation d'Allison et Lydia au sujet de Scott. Il parvient à trouver Stiles dans sa jeep. Derek s'effondre dans la rue. Scott remarque que Derek est faible, et le met dans la voiture. Derek demande à Scott d'aller chez Allison et de trouver la balle spéciale qui l'a blessé.

Scott arrive chez Allison . Allison commence à embrasser Scott. Un appel de  Stiles les interrompt. Scott découvre le nouveau passe temps d'Allison. Scott lui demande si elle est bonne au tir à l'arc, elle l'emmène dans le garage pour lui montrer son arc. Scott remarque tous les fusils de son père. Elle révèle que son père est un marchand d'armes pour la police. Ils commencent à s'embrasser de nouveau quand le père d'Allison arrive et les surprend. Il est sur le point de renvoyer Scott chez lui, mais Kate l'invite à rester pour le dîner.

M. Argent lui offre de l'alcool pour voir si oui ou non il va le boire, mais Scott le refuse. Après un appel urgent de Stiles, Scott poursuit sa mission afin de trouver la balle. Il essaie une porte verrouillée, mais est découvert par Kate. Il prétend qu'il était à la recherche de la salle de bain. Dans cette salle , il y a le sac de Kate, où se trouve une boîte de balles marquées "Aconit Napel Bleu Nordique". Derek dit à Scott qu'il doit lui apporter l'une des balles, pour se guérir. Scott est prêt à partir, mais Kate insiste pour qu'il reste pour le dessert. Après avoir discuté des attaques d'animaux , Chris et sa femme racontent à Scott l'histoire d'un chien enragé qui a dû être tué par le grand père d'Allison.

Après le dîner, Kate accuse Scott  d'avoir volé quelque chose dans son sac.Elle oblige Scott à vider ses poches mais Allison confesse que c'est elle qui a fouillé dans le sac : elle a pris un préservatif, à la grande surprise de tout le monde. Scott parvient à donner la balle à Derek mais Stiles doit d'abord la mettre dans son bras. Derek brûle l'aconit et  frotte les cendres contre sa plaie, ce qui lui permet de guérir.

Scott affirme que les Argents sont nettement plus sympas que lui. Derek, en réponse, emmène Scott pour voir son oncle Peter à l'hôpital. Il lui raconte que les Argents ont brûlé sa maison et tué toute sa famille, y compris les humains, ce qui va à l'encontre du code qu'ils suivent.L'Oncle de Derek est le seul qui a survécu mais il est gravement brûlé.

Plus tard, Allison devient plus méfiante envers sa famille. Pendant ce temps, Kate et Chris ont une conversation révélant qu'ils savent que Derek n'est pas l'alpha et suspectent qu'il peut y en avoir un autre. Kate envisage de les tuer tous, mais Chris dit qu'ils doivent le faire en respectant le code. Kate allume un feu, nous laissant penser que c'est elle qui a brûlé la maison des Hale contre le code sans que les autres le sachent.

Épisode 1.04 : 48 heures

*Aperçu des épisodes précédents.

 

1. EXT. – RUES, BEACON HILLS, NUIT

Une voiture roule dans la nuit. À l’intérieur, une femme écoute la radio.

Homme (voix off) : Les autorités de Beacon Hills demeurent impuissantes face aux attaques de bêtes sauvages qui sévissent depuis quelques temps…

La femme sourit railleusement. Elle change le poste de la station. Une chanson entraînante s’échappe des haut-parleurs. La jeune femme se met du gloss sur les lèvres tout en regardant son reflet dans le rétroviseur.

À l’extérieur, une silhouette mystérieuse traverse la rue à toute vitesse.

Dans sa voiture, la femme tapote ses doigts sur le volant au rythme de la musique. Elle est inconsciente de la forme monstrueuse qui court à la hauteur de sa voiture, niveau conducteur… Jusqu’à ce qu’elle aperçoive du mouvement du coin de l’œil. La jeune femme est alertée, mais reste maître d’elle-même. Elle observe attentivement son environnement. Alors que la femme tourne la tête pour regarder derrière elle, elle ne voit pas la pancarte d’arrêt. Un pick-up surgit à l’intersection. Heureusement, la jeune femme freine à temps et l’autre véhicule s’éloigne en klaxonnant bruyamment. Elle ferme les yeux et laisse échapper un soupir de soulagement.

Kate : Ça c’est bien joué, Kate... dix sur dix…

La dénommée Kate soupire à nouveau. C’est à ce moment que quelque chose atterrit lourdement sur le toit de la voiture. La femme regarde le plafond ; la chose se déplace. Kate tend la main derrière le siège. Quelques secondes plus tard, la vitre de la portière est fracassée. Un bras inhumain tente de l’extirper hors de l’habitacle.

Kate : Lâche-moi!

Kate se débat et parviens à attraper son arme. Elle charge aussitôt et tire vers le toit. La femme ouvre la portière côté passager et sort de la voiture en faisant un roulé-boulé. Elle se remet rapidement debout en position défensive et charge son fusil. La créature semble avoir quitté les lieux. Kate se redresse et s’adresse à la rue déserte.

Kate : ALLEZ, VIENS! (Elle tire dans les airs) EMMÈNE-TOI!

Elle charge à nouveau et attend.

 

***GÉNÉRIQUE***

 

2. INT. – CHAMBRE DE SCOTT, MAISON DES MCCALL, NUIT:

Scott dort quand il est abruptement réveillé par un coup de feu. Il observe sa chambre d’un air hébété. Puisque rien ne se produit, il pose à nouveau la tête sur l’oreiller. Soudain, un hurlement de loup retentit. L’adolescent rabat ses draps en catastrophe et enfile un pantalon.

 

3. EXT. – RUE, BEACON HILLS, AU MÊME MOMENT :

Kate abandonne sa position de défense pour aller ouvrir le coffre de sa voiture. Elle délaisse son fusil de chasse en faveur d’un fusil d’assaut. En soulevant le faux sol du coffre, elle dévoile une armurerie complète d’armes et de munitions. Kate prend un boitier et l’ouvre : des balles spéciales y sont rangées…

 

4.  INT. – ENTRÉE, MAISON DES ARGENT, NUIT :

Chris Argent s’apprête à sortir quand il est interrompu par l’apparition de son unique fille, ensommeillée et en pyjama, sur le palier de l’escalier.

Allison : Qu’est-ce qu’il y a?

Chris : Je vais chercher ta tante Kate, elle vient de m’envoyer un sms.

Allison : À deux heures du matin? Mais qu’est-ce qui se passe?

Chris : Rien, elle a un souci avec sa voiture.

Allison : Rien de grave, j’espère?

Chris : Non c’est juste un pneu crevé. Allez, retourne vite te coucher.

La jeune fille s’exécute. Le père laisse tomber son sourire rassurant pour s’empresser de quitter la demeure, un sac suspect à la main.

 

5. EXT. – ZONE INDUSTRIELLE, BEACON HILLS, NUIT :

Derek Hale touche de ses doigts une tâche de sang et l’examine. Il observe avec attention les bâtiments qui l’entourent. C’est alors qu’il découvre une monstrueuse bête perchée sur un toit : l’alpha. Ce dernier s’empresse de grimper sur un toit voisin, non sans grogner un avertissement à l’autre loup-garou. Derek en fait fi et se met à courir dans la direction où la bête s’est enfuie.

Non loin, Kate referme le coffre de sa voiture. Elle court, lampe torche en main, vers le bâtiment.

Derek saute par-dessus des obstacles avant de s’élancer et de grimper le mur. Il parvient sur la toiture et cherche sa proie des yeux. La créature poursuit rapidement sa fuite de bâtiment en bâtiment. Derek court dans sa direction et saute entre les deux bâtisses…

Kate vise et tire.

La balle atteint Derek en plein saut et il tombe. Il atterrit une première fois mais son corps roule et il tombe lourdement sur un niveau inférieur, à l’abri du regard de la femme. Il est envahi par la douleur.

Derek : Ah!

Kate baisse son arme, satisfaite. Elle reprend sa lampe en main quand elle est soudain interrompue par les gyrophares d’une voiture. Elle se dirige vers le véhicule.

Derek lutte pour se redresser.

Derek : Oh merde…

Chris sors de la voiture et va à la rencontre de sa sœur. Il agrippe son épaule.

Chris (sec: Dans la voiture.

Elle se défait de son emprise.

Kate : Hé ben dis donc, c’est sympa comme accueil!

Chris : Désolé mais pour le moment je préfère que tu ranges le fusil d’assaut avant que quelqu’un ne te vois, d’accord?

Il jette des coups d’œil aux alentours.

Kate : Mon frère dans toute sa splendeur… Chris, y en avait deux.

Caché non loin, le jeune Scott épie leur conversation.

Chris : Un alpha?

Kate : J’en sais rien. L’un d’eux a essayé de me tuer.

Chris : Et l’un deux doit nous servir à trouver l’autre. Si tu l’as tué, on fait comment?

Kate : Excuse-moi de m’être défendue, mais c’était lui ou moi dans l’cas présent!

Chris se range à contrecœur à son argument.

Chris : Combien de temps il a?

Kate : Là comme ça, je dirais quarante-huit heures. (Scott est sous le choc) Maximum.

La jeune femme se dirige finalement vers la voiture. Son frère lui emboîte le pas.

Derek rampe péniblement et parvient à se redresser. Il examine sa blessure. La balle est incrustée dans son avant-bras. Elle semble luire d’une lumière bleutée. Derek relève sa manche. Une fumée diaphane s’échappe de la plaie. Le loup-garou est inquiet.

 

6. INT. – CHAMBRE D’AMI, MAISON DES ARGENT, MATIN :

Kate défait tranquillement ses bagages quand un cri aigu retentit. Allison entre dans sa chambre en riant, extatique. Kate est pareillement contente de la retrouver. Sa nièce lui saute dans les bras. Kate l’examine.

Kate : Alors comme ça je ne te vois pas pendant un an et toi tu te transformes en top model, c’est fou, ça! Ah c’que t’es belle! Je te déteste.

La jeune fille s’assied sur le lit, embarrassée. Kate poursuis sa besogne.

Allison : J’ai même pas pris ma douche, arrête!

Kate : Non non t’es un vrai canon, sois pas modeste. J’ose espérer que tous les mecs du lycée se bousculent au portillon.

Allison : J’ai quelqu’un justement.

Kate : Comment ça, un seul? Oooh tu devrais en avoir toute une ribambelle!

Elles rigolent. C’est alors qu’Allison tend la main vers un des sacs qui gisent sur le lit.

Allison : Tu veux un coup de-

Kate (la coupant: Non, pas celui-là!

Elle agrippe violemment le poignet de sa nièce pour l’arrêter. Elles figent. Kate relâche Allison. La bonne ambiance est rompue.

Kate : Ah et voilà. Tu es devenue une belle plante et moi je te remercie en te faisant une prise de kung fu. Ah, excuse-moi chérie, des fois je connais pas ma force.

Allison : Pas de souci.

Kate s’éloigne pour ranger ses vêtements dans une penderie adjacente.

Allison : Au fait, ça va ta voiture?

Kate (voix off) : Euh, oui- oui oui, c’est juste la batterie qui était à plat.

Allison (interloquée) : La batterie?

La jeune fille devient songeuse.

 

7. INT. – CLASSE, BEACON HILLS HIGH SCHOOL, JOUR :

Scott attend nerveusement à son pupitre que lui soit remis le résultat de son dernier contrôle. Stiles, qui est assis juste derrière lui, tapote son épaule.

Stiles (chuchote) : Bon, si Derek n’est pas l’alpha ni celui qui t’as mordu, alors c’est qui?

Après un moment, Scott répond.

Scott : Je sais pas.

Stiles est frustré par la réplique. Il fait une autre tentative.

Stiles : C’est l’alpha qui a tué le chauffeur de bus?

Une nouvelle fois, Scott est réticent à répondre.

Scott : J’en sais rien.

Stiles s’appuie à nouveau contre sa chaise et laisse échappé un soupire, accompagné d’une expression boudeuse… Jusqu’à ce qu’une autre pensée le traverse.

Stiles : Et le père d’Allison il est au courant-

Scott s’énerve et se retourne afin de foudroyer son meilleur ami du regard.

Scott (le coupant) : J’en sais rien!

L’éclat attire l’attention de la classe. Scott se calme et se remet dos à Stiles. Le professeur dépose le contrôle de Stiles puis de Scott sur leurs pupitres respectifs. Stiles a obtenu un A. Il se penche au-dessus de l’épaule de son ami pour regarder son résultat. Scott a récolté un score catastrophique de D- accompagné de notes en rouge du professeur. Stiles est momentanément bouche bée.

Stiles : Il faut bosser un peu plus, mon vieux.

Scott dépose son papier sans répondre.

Stiles : Je faisais juste de l’humour. Tu vas te rattraper : c’est qu’un contrôle, relax un peu. Tu veux qu’on révise ensemble?

Scott : Oh, non, je révise avec Allison après les cours.

Stiles sourit, narquois.

Stiles : Ah enfin, je te retrouve.

Scott : On va juste bosser.

Stiles : Ah non, je crois pas.

Scott : Tu me crois pas?

Stiles (ardent) : En tant que célibataire qui donnerait tout pour être à ta place… Si t’oses gâcher cette chance qui t’es littéralement servie sur un plateau, je te jure sur la tête de ma grand-mère que je t’émascule!

Scott : Ok! C’est bon. (Il lui lance un regard implorant) Maintenant arrête avec tes questions.

Stiles : D’accord. (Il se redresse) Je pose plus de questions. Surtout pas à propos de l’alpha ou même de Derek. (Morose) On parle plus de Derek… qui me fais toujours flipper.

 

8. INT. - COULOIRS, BEACON HILLS HIGH SCHOOL, JOUR :

Derek marche péniblement dans le couloir bondé de l’école, le regard fixé sur ses pieds qui avancent lentement l’un après l’autre. Il se fait bousculer par un élève et doit retenir une exclamation de douleur. Le loup-garou est pâle, couvert de sueur, et arbore des cernes sous les yeux. Non loin, Jackson range ses affaires dans son casier. Derek s’arrête. Il lève lentement les yeux vers l’adolescent. D’un pas plus sûr, il va vers lui.

Derek : Où est Scott McCall?

Jackson se retourne et jauge son interlocuteur. Il ferme sèchement son casier.

Jackson : Pourquoi je te le dirais à toi?

Derek : Parce que je te l’ai demandé poliment. Et je le ferais pas deux fois.

Jackson n’est pas du tout impressionné.

Jackson (hautain) : On joue les gros durs? Très bien alors je t’aide à le trouver et tu me dis ce que tu lui vends. Alors? (Conspirateur) Est-ce que c’est des anabolisants? Mm? Des hormones de croissance?

Le loup-garou fixe l’adolescent.

Derek : Genre stéroïde?

Derek en as assez et décide de s’en aller. Jackson le retiens.

Jackson (sarcastique) : Non, qu’est-ce que tu crois? Genre boîte de cookie. Il faut te faire un dessin pour que tu comprennes?! (Faussement affable) D’ailleurs, entre nous, je vais te donner un p’tit conseil : faut p’têtre arrêter de tester la marchandise. T’as l’air complètement à la ramasse.

Derek baisse les yeux vers son bras, tendu le long de son corps. Du sang coule lentement sur sa main et une goutte tombe au sol. Il ferme le poing et le cache dans sa manche. Il salut Jackson d’un hochement de tête.

Derek : Merci de ton aide.

Il s’éloigne mais Jackson l’arrête à nouveau. Il agrippe l’épaule de Derek.

Jackson : Attend, j’ai pas fini!

Le loup-garou se retourne à toute vitesse et plaque l’adolescent contre les casiers. C’est en retirant sa main propre de la nuque de Jackson qu’il se rend compte que ses ongles ont fait place à des griffes qu’il a enfoncées dans le cou de l’adolescent. Il prend la fuite. Jackson souffre et colle une main contre sa blessure. Il se retourne et regarde, terrifié, le couloir désert. Puis il observe ses doigts tâchés de sang.

Plus loin, Derek s’affaisse contre une colonne, à bout de souffle. Il se calme et se concentre sur son sens de l’ouïe hyper sensible. Il entend un professeur écrire au tableau. Une ado qui met son lecteur mp3 en marche. Un autre élève qui écoute ce que lui dit un ami via son téléphone portable.

Garçon (voix off) :…un entraînement de crosse à cinq heures, après ça je suis tranquille…

Derek poursuit ses recherches. Un élève compose la combinaison de son cadenas. Un autre envoi un texto. Deux adolescentes discutent…

Lydia : Scott viens chez toi ce soir?

Allison : Oui, c’est juste pour réviser.

Lydia : Les révisions ça se termine toujours par autre chose. C’est comme… prendre un bain à deux. Y’a toujours une main qui traîne.

La jeune fille s’engage sur les escaliers et son amie lui emboîte le pas.

Allison : Et en termes plus clairs?

Lydia pause.

Lydia : En terme plus clair il vaut mieux… sortir couvert, c’est tout.

Allison ne comprend pas. Lydia rigole et administre une claque affectueuse sur le coude de son amie.

Lydia : Réveille-toi Blanche-Neige, je parle de capotes.

Elle reprend son ascension. Allison est surprise.

Allison (en souriant) : On est sorti ensemble qu’une fois, t’es dingue!

Lydia : Faut te décoincer un peu. Donne-lui un avant-goût.

Allison (nerveuse) : Je veux bien mais, enfin, tu ne crois pas que ça peut déraper?

Lydia : Je rêve! T’es vraiment accro, on dirait.

Allison : Ben… Je sais pas, il est différent. En arrivant ici je m’étais fixé des règles. Pas de copain jusqu’à la fac à cause de tous ces déménagements… Et puis je l’ai rencontré. Et il m’a plu. (Elle rigole) Ah j’en sais rien, c’est difficile à expliquer.

Lydia : Pas du tout. Ton cerveau est plein de phényléthylamine.

Allison : Pardon?

Lydia : Bon, alors écoute : quand est-ce qu’il vient?

Allison : Juste après les cours.

Lydia : D’accord…

Ce qu’allait dire la jeune fille est coupé par la cloche de l’école. Assailli par le bruit, Derek couvre instinctivement ses oreilles. La cloche finit par s’arrêter et Derek reprend son chemin.

 

9. EXT. – STATIONNEMENT, BEACON HILLS HIGH SCHOOL, JOUR :

C’est la fin des classes et les élèves sortent du bâtiment. Stiles entre dans sa jeep. Il roule dans le stationnement quand soudain, Derek apparaît devant le véhicule. Le loup-garou, faible, ne fais que lever la main. Stiles freine abruptement.

Stiles : Non mais il est taré, celui-là!

Scott est en train de déverrouiller sa bicyclette non loin quand il entend une voiture klaxonner rageusement. Il se redresse et aperçoit Derek devant la jeep de Stiles. Il panique.

Scott : Oh non non non non non pas ici!

Il s’empresse d’aller les rejoindre. Derek vacille et tombe finalement par terre.

Stiles : Ah c’est pas vrai, il est partout c’mec!

La file de voitures qui attendent derrière celle de Stiles s’allonge. Plusieurs s’impatiente et klaxonnent. Scott arrive finalement à la hauteur de son ami.

Scott (à Stiles: Mais qu’est-ce qu’il fout?!

Scott va auprès de Derek. Stiles sort de sa voiture.

Scott : Qu’est-ce que tu fais ici?

Derek (avec difficulté) : J’ai reçu une balle…

Stiles : Il a pas l’air en forme.

Scott : Ça devrait cicatriser!

Derek : Pas avec ça. C’était pas-c’était pas le même genre de balle.

Stiles : C’est une balle en argent?

Derek : Non, pauvre crétin! (Il le foudroie du regard)

Scott : Attendez… (Réalisant) C’est pour ça qu’elle a dit qu’il te restait quarante-huit heures.

Derek : Quoi?... Qui a dit ça?

Scott : Celle qui t’as tiré dessus.

Une vague de douleur s’abat sur Derek. Il pousse une exclamation et ses yeux deviennent brièvement bleus électriques ; sa transformation en loup-garou enclenché. Scott panique.

Scott : Mais qu’est-ce que t’es en train de faire?! Non mais arrête!

Derek (en colère) : T’es marrant, tu crois que j’le fais exprès, p’t’être?!

Scott met sa main sur l’épaule de Derek. La cacophonie des klaxons s’intensifie.

Scott : Derek, il faut que tu te lèves.

L’homme lutte pour calmer sa respiration et ses yeux changeants.

Dans la file de voiture, Jackson attend dans sa Porsche en compagnie de Lydia. Il se met à klaxonner à son tour. Des élèves commencent à s’attrouper et à se demander ce qu’il se passe. Dans sa propre voiture, Allison détache sa ceinture de sécurité et ouvre sa portière. Jackson fait de même.

Scott agrippe Derek sous les aisselles et le soulève.

Scott (à Stiles) : On va le mettre dans ta voiture.

Derek est placé dans le siège du passager, pendant que Stiles fait le guet. Jackson observe la scène. Scott referme la portière.

Derek (à Scott) : Trouve-moi quelles genres de balles ils ont utilisés.

Scott : Ah ouais? Et comment je suis censé faire ça?

Derek : Ta copine, c’est aussi une Argent.

Scott : Et pourquoi je ferais ça pour toi?

Derek : T’as besoin de moi.

Scott lance un regard à Allison. Elle sort de sa voiture et referme sa portière.

Scott : Très bien. Je ferais ce que je pourrais.

Stiles embarque derrière le volant.

Scott : Stiles, tu l’emmènes.

Stiles (sarcastique) : Ah merci, hein, sympa. Bonjour le cadeau!

La voiture démarre et s’en va.

Allison : Scott! (Elle approche) Qu’est-ce qu’il fait là?

Scott : C’est Stiles, il s’est proposé de le déposer. C’est une très longue histoire.

Allison : Je croyais que tu l’aimais pas, ce type.

Scott : Non non, pas trop. Euh, bon, ça tient toujours pour les révisions de ce soir? On se retrouve chez toi?

Allison : Ouais.

Scott (enjoué: À tout de suite alors.

Il l’embrasse sur la joue et s’en va.

Allison : À tout de suite.

La jeune fille, pensive, retourne à sa voiture. Jackson regarde Scott se précipiter sur sa bicyclette et prendre son casque. Leurs regards se croisent et Scott fige. Jackson finit par retourner lentement à sa voiture, songeur.

 

10. EXT. – MAISON DES ARGENT, BEACON HILLS, PLUS TARD :

Scott pédale à toute vitesse. Il pédale si vite qu’il arrive chez les Argent au même moment où Allison arrive en voiture. Il la salue. Elle débarque et se dirige vers la luxueuse demeure.

Allison (perplexe) : Comment t’as fait pour arriver en même temps que moi?

Scott se cherche une excuse tout en la suivant avec sa bicyclette.

Scott : Oh… Oh ça c’est- c’est parce que j’ai pris un raccourci. Ultra rapide, d’ailleurs.

Allison : Tu peux me dire ce qui t’arrives aujourd’hui? Je te trouve très bizarre.

L’adolescent range son vélo à côté de l’allée.

Scott : Oh, euh, c’est le stress. Récemment, j’ai eu de sales notes. Si t’aurais vu mes résultats l’an dernier…

La jeune fille réfléchit brièvement et semble accepter son excuse. Elle sourit.

Allison : …« si t’avais vu ».

Scott : Euh, oui, j’suis bête.

Allison : On va commencer par la grammaire!

Elle rigole et déverrouille la porte. Allison entre mais Scott s’arrête sur le seuil. Il observe l’endroit avec précaution.

Allison : T’inquiètes pas, il n’y aura personne avant ce soir. Tu viens?

Scott : Ouais.

Il franchit le seuil. La jeune fille referme la porte et gravit les marches. Scott emboîte le pas.

 

11. INT. – CHAMBRE D’ALLISON, MAISON DES ARGENTS, JOUR :

Allison et son invité entre. Scott referme la porte derrière lui. La pièce n’est ornée que de quelques extraits de magazine de décorations accrochés au mur.

Allison : J’ai pas fini de déballer.

Elle dépose ses livres.

Scott : Euh… pourtant ça fait plus d’un mois que t’es arrivé.

Allison : Oui, mais je prends mon temps.

Elle se retourne vers lui et sourit, déterminée. Il se déplace jusqu’au lit ou il dépose son sac. Lui et Allison enlèvent leurs vestes.

Scott : Ok. Bon alors, j’sais pas, on devrais p’têtre commencer par euh…

Allison le tourne vers elle et passe sa main dans ses cheveux.

Scott : …de l’histoire ou autre chose…

Elle l’interrompt en l’embrassant. Il met ses mains sur sa taille et ils tombent sur le lit. Allison sourit et le couple continu de s’embrasser. Scott la caresse quand soudain, ses mains se transforment.  Ses ongles deviennent pointus et il panique. Il s’empresse de cacher sa main sous les draps. Allison se redresse et le dévisage.

Allison : Quoi? Qu’est-ce que- C’est moi? J’ai fait un truc…

Scott (la coupant) : Non non, j’te jure. Non, c’est rien. Je… Je veux surtout pas que tu te sentes obligée de faire quoi que ce soit si t’en as pas envie.

Allison (souriante) : Je me sens pas obligée de faire quoi que ce soit. Et toi?

Scott : Comme si t’avais besoin de poser la question…

Il lui rend son sourire. Ils s’embrassent à nouveau mais ils sont interrompus par la sonnerie du téléphone portable de Scott. L’adolescent rompt le baiser et regarde l’objet.

Allison : Vas-y si t’as envie de répondre.

Scott : Non non c’est pas la peine. Ça doit être Stiles. Y a la messagerie. (Murmure) C’est à ça que ça sert…

Il lui sourit et leurs visages se rapprochent. Elle tend le bras vers le téléphone. Scott panique.

Scott : Non, attend!

Il tente de l’en empêcher, en utilisant par erreur son bras affecté par la transformation. Scott est surpris quand il découvre que sa main est redevenue normale. Allison se redresse.

Scott : Oui, t’as raison, je ferais mieux de lui répondre.

Il prend son téléphone. Stiles lui as envoyé un texto lui demandant « Tu l’as trouvé? ».

 

12. INT. – JEEP DE STILES, RUES DE BEACON HILLS, JOUR :

La voiture est en route. Derek enlève son manteau, sous le regard amer de Stiles. L’adolescent prend le téléphone dans sa poche et lit la réponse de son ami. « Laisse-moi le temps ». Il laisse rageusement tomber son téléphone.

Stiles (sarcastique) : Merci, Scott. (À Derek) Si tu pouvais éviter de mettre du sang partout, ça m’arrangerais. On y est presque.

Derek : Où tu m’emmènes?

L’adolescent soupire.

Stiles : Chez toi, évidemment.

Derek est alarmé.

Derek : Quoi? Non, pas là-bas.

Stiles : C’est la meilleure ça! Pourquoi pas là-bas?!

Derek : Je suis pas en état de me défendre.

Stiles semble penser qu’il n’en as pas grand-chose à faire. Il ralenti la voiture et la range sur le côté de la route. Il arrête le moteur.

Stiles : Il se passera quoi si on trouve pas ta balle de la mort qui tue? Mm?! Tu vas crever?

Derek (difficilement) : Pas tout de suite. J’ai peut-être une solution.

Stiles : Non mais tu délires ou quoi?! Quelle solution?!

L’homme dévoile sa blessure en remontant la manche de son chandail. Stiles est dégouté. Il détourne le regard.

Stiles : Oh bon sang, c’est vraiment dégueulasse. Et c’est contagieux? (En indiquant la portière) Je crois que tu ferais mieux de sortir.

Derek (haletant) : Démarre. Dépêche-toi.

Stiles (en colère) : Attend, tu crois vraiment que dans l’état où t’es, t’es en position de me donner des ordres? Tu sais quoi? Si je voulais, je pourrais traîner ta carcasse de loup-garou hors de ma voiture et te laisser crever tout seul comme un abruti!

Derek dévisage Stiles.

Derek : Bon, très bien. Si tu démarre pas, je t’égorge. Avec mes dents.

Stiles soutient le regard de Derek pendant un moment, figé. Puis il se résigne et démarre la voiture à contrecœur

Stiles : Super.

 

13. INT. – CHAMBRE D’ALLISON, MAISON DES ARGENT, JOUR :

Scott éteint son portable.

Scott : C’est bon, je l’ai éteint. Désolé.

La jeune fille s’assied à côté de lui sur le bord du lit. Scott regarde une boîte ouverte sur le sol, contenant tout un bric-à-brac d’objets. Il tend la main et prend une photographie encadrée. Sur l’image, Chris Argent et la chasseuse qui a tirée sur Derek sourient à la caméra. Scott pointe la femme.

Scott : C’est qui ça?

Allison : C’est Kate, la sœur de mon père. C’est un peu plus ma sœur que la sienne. (En souriant) Elle est arrivée hier soir.

Scott : Hier soir?

Allison : Ouais. Elle a eu un souci avec sa voiture… (Songeuse) Il paraît.

Scott : J’ai l’impression que je la connais.

Allison : Elle habitait à Beacon Hills avant, tu l’as peut-être déjà vu.

Scott : Ouais.

Il lui lance des coups d’œil nerveux. Scott repose la photo mais prend un autre objet dans la boîte : un portfolio de clichés artistiques.

Scott : C’est toi qui as pris ces photos?

Allison : À l’époque, je me prenais pour une photographe.

Scott parcourt les clichés, principalement portés sur l’architecture, et sourit.

Scott : Elles sont belles.

Allison (en rigolant) : Affreuses, tu veux dire! (Elle lui prend les photos des mains) J’ai laissé tomber quand j’ai compris que j’étais nulle. La lumière est mauvaise, le cadrage est mauvais ; ça vaut pas un clou.

Scott prend un nouvel objet : une peinture de nature morte.

Allison : Ça c’est quand je me prenais pour une artiste peintre. Complètement nul.

Elle lui prend à nouveau l’œuvre des mains. Scott contemple la boîte d’un air espiègle et tend la main. Il farfouille parmi les papiers et trouve un dossier libellée « poésie ». 

Allison : Ça c’est quand j’étais poète. Même « nul » c’est pas un mot assez fort pour décrire ça.

Ils échangent un regard en souriant.

Scott : Alors en quoi t’es pas nulle?

La jeune fille réfléchit et semble trouver.

Allison : Je veux bien te montrer, si tu me promets de pas te moquer.

 

14. INT. – GARAGE, MAISON DES ARGENT, PLUS TARD :

Allison entre dans le garage adjacent la maison, Scott sur les talons.

Allison : Petite, j’ai joué en national. Mon père voulait que je continue mais, tu sais, j’étais pas à fond dedans. Tu me promets de pas rigoler?

Alors que Scott examine la pièce, la jeune fille se penche pour prendre quelque chose dans l’une des boîtes alignées contre le mur.

Scott (distraitement: Ouais, c’est promis.

Il sursaute quand il voit Allison tendre un arc dans sa direction.

Scott : Merde, mais c’est quoi ce délire?!

Allison : Ça, c’est un arc à poulie (hilare) mais à moins de mettre une flèche, y’a pas trop de chances que je te blesse.

Scott se ressaisit.

Scott : Alors c’est ça ton talent caché? (Elle sourit et range l’arc) Le tir à l’arc…

Allison : T’as promis de pas rire.

Scott : Crois-moi ça me…

Il se tait quand il aperçoit ce qui est rangé contre les murs opposés : une armurerie bien fournie et sous grillages.

Scott : …ça me fait pas rire.

Il avance vers les armes et les munitions, subjugué.

Allison : Je te dois peut-être une explication : on est pas le genre de famille à défendre le port d’armes et à jouer les justiciers. Mon père vend des armes à feu pour les forces de l’ordre.

Scott : Han, je vois, c’est sûr que c’est très utile. (Il lorgne les munitions) Et toi tu euh, tu penses que tu vas reprendre le flambeau?

Allison : Je sais pas, à toi de me dire. (Elle prend ses mains dans les siennes et sourit) Je serais sexy avec un flingue?

Ils s’enlacent et leurs visages se rapprochent.

Scott (doucement) : Je te préfère sans.

Ils s’embrassent quand un bruit les interrompt. Allison s’empresse de se cacher et de s’accroupir derrière une voiture en entraînant Scott à sa suite. Chris Argent entre dans le garage en transportant une boîte.

Kate (voix off) : Chris, les droits de la femme : ça te dit quelque chose? Alors tu m’aide à ranger les courses?

Il dépose la boîte sur une pile de ses semblables.

Chris : J’arrive.

Il s’éloigne de quelque pas mais se ravise. Il s’appuie nonchalamment sur le coffre de la voiture et regarde directement les adolescents.

Chris : Vous me donnez un coup de main?

Effrayés mais tentant de ne pas le montrer, ils acquiescent.

Allison : Bien sûr.

Scott : Pas de problème, monsieur.

Chris sourit.

Chris : Parfait.

Son sourire se fane et il s’en va. Allison soupire.

 

15. EXT. – MAISON DES ARGENT, SOIR :

Scott sort le résultat des courses du coffre de la voiture de Kate. Il parcourt l’allée et tend le sac à Chris, qui sort de la maison.

Chris : Merci.

Le portable de Scott sonne. L’adolescent le sort de sa poche et lit le message de Stiles : « Derek va pas bien ». Allison sort de la maison à son tour. Chris reste pour les surveiller.

Scott (à Allison) : Tu veux toujours réviser ou…

Chris (le coupant) : Elle aura moins de mal à se concentrer toute seule.

Scott : Oh. Bon, ben… Je te dis à plus tard, alors.

Chris : Au lycée.

Allison lance un regard à son père, agacée. Plus loin, Kate sors de sa voiture et va fermer le coffre vide.

Scott : Ok.

Chris : Toi, (en désignant Scott) sur ton vélo et toi (en désignant Allison), à l’intérieur.

La tante de la jeune fille se dirige vers le porche de la demeure. Scott se tourne vers son vélo.

Kate : Oh ça va, Chris, relax! Ils se bécotaient dans le garage, c’est quand même pas comme si ils étaient en train de tourner un porno. (Elle met sa main sur l’épaule de Scott) Dis donc toi, avec tes beaux yeux ténébreux, tu vas me lâcher ce vélo. Tu restes manger.

Elle lui tapote l’épaule et rentre dans la maison, sous le regard étonné de sa nièce. Allison entre à sa suite, après avoir adressé un bref sourire à Scott. Chris est contrarié mais se résigne.

Chris : Bon, alors… Tu aimes la viande?

Scott acquiesce. Il gravit lentement les marches.

Scott : Ça vous dérange pas?

Chris : Bien sûr que non.

Le chasseur passe un bras dans le dos de Scott pour agripper fermement son épaule.

Chris : Comme ça on fera plus ample connaissance.

Il sourit et entraîne le loup-garou dans la luxueuse maison.

 

16. INT. – SALLE À MANGER, MAISON DES ARGENT, PLUS TARD :

La famille et leur invité sont passés à table. Scott se sent plutôt mal parmi le bruit des couverts, exagérés à cause de son ouïe hypersensible. Il prend une gorgée d’eau.

Victoria : Veux-tu boite autre chose, Scott, ou tu continus à l’eau?

Scott : Oh… Non, ça me va, merci.

Il enfile une autre rasade.

Chris : Une bière, peut-être?

Scott et Allison fixent Chris, interloqués. L’homme ne fait que hausser les sourcils.

Scott : Non ça ira, merci.

Chris : Une petite tequila?

Allison : Papa!

Chris : Bah…!

Allison : S’il te plaît.

Chris (à Scott) : Alors comme ça tu ne bois pas?

Scott : J’ai pas l’âge de toute façon.

Allison est irritée.

Victoria : Pour certains adolescents, ce n’est pas un problème.

Scott : Non mais ça devrais.

Kate (amusée) : Bonne réponse, Scott. T’en penses pas un mot mais c’est bien joué. (En jetant un regard en coin à son frère) Il se pourrait bien que tu survives à la soirée…

Scott prend une nouvelle gorgée.

Chris : Ça t’arrives de fumer de l’herbe?

L’adolescent manque de s’étouffer. Kate lève la main pour faire signe à son frère d’arrêter.

Kate : Écoute, tu veux pas ranger le discours réactionnaire et changer de disque, un peu? (Il se tait et sa femme cache son sourire) Alors, Scott, Allison nous as dit que tu étais dans l’équipe de crosse.

Allison et Scott acquiescent avec emphase, reconnaissants du changement de sujet.

Kate : Personnellement, j’y connais rien. Alors, comment ça se joue?

Scott : Euh… Vous voyez le hockey?

Kate : Mm-mm.

Scott : Eh bien c’est presque pareil sauf que on joue sur de l’herbe et pas sur de la glace.

Kate acquiesce et retourne son attention vers son assiette. Chris pointe Scott avec son couteau.

Chris : Le hockey sur de l’herbe, c’est du hockey sur gazon.

Un silence s’installe. Allison est une fois de plus agacée mais elle ne se laisse pas démontée.

Scott : Oh. Pardon.

Allison (enthousiaste) : Donc c’est comme le hockey sur gazon sauf qu’on attrape la balle avec un filet.

Scott : Exactement.

Le portable de Scott sonne. Il le regarde subrepticement sous la table pour apercevoir un autre message de Stiles. « Rappelle-moi ».

Kate : Et les contacts sont autorisés, comme au hockey?

Scott : Euh… oui, on peut toucher l’adversaire mais juste avec les gants ou la crosse.

Kate : Ça a l’air violent. (À Chris, espiègle) Ça me plaît…

Allison (à Kate) : Si t’avais vu Scott jouer! Papa est venu au premier match (à Chris) et il t’a impressionné, non?

Chris : Oui, ça allait.

Allison fronce momentanément les sourcils mais ne se laisse pas démontée et continue de s’adresser à sa tante d’un air enthousiaste.

Allison : Il a marqué le dernier but et ils ont gagnés!

Kate sourit mais regarde son frère avec appréhension.

Chris : Peut-être, mais c’était le seul but qu’il a marqué de tout le match.

Un nouveau silence s’installe. Allison l’ignore.

Allison : Et quand il a marqué, il a réussi à percer le filet du but, tu te rends compte?

Elle prend une gorgée d’eau.

Chris : À mon avis, le goal jouait avec une crosse défectueuse, enfin…

La jeune fille pose bruyamment son verre. Scott écoute attentivement ses battements de cœur. Ils sont rapides. Il passe sa main sous la table et touche celle d’Allison. Elles s’enlacent aussitôt et le tressaillement affolé de la jambe d’Allison se calme.

Scott : En y réfléchissant, je crois que… je prendrais bien une tequila.

Chris et Scott échangent un regard. Allison sourit lentement. Kate rigole, bientôt suivit par Chris et Victoria.

Chris : Tu blaguais, pas vrai?

Scott : Bien sûr.

 

17. INT. – JEEP DE STILES, RUES DE BEACON HILLS, NUIT :

La voiture de Stiles est immobilisée sur le bas-côté de la route. L’adolescent est au téléphone.

Stiles (énervé) : Et maintenant, qu’est-ce que je suis censé faire de lui, moi?

 

18. INT. – COULOIR, MAISON DES ARGENT, AU MÊME MOMENT :

Scott se tient dans le couloir et parle à voix basse dans son téléphone portable.

Scott : Emmène-le, je sais pas, n’importe où!

 

19. INT. – JEEP DE STILES, RUES DE BEACON HILLS, NUIT :

Stiles soupire, excédé.

Stiles : En plus il commence à sentir!

Derek lui lance un regard. Stiles l’ignore.

Scott (voix off) : Sentir quoi?

Stiles : Le cadavre!

 

20. INT. - COULOIR, MAISON DES ARGENT, AU MÊME MOMENT :

Scott fait les cent pas, à deux doigts de la panique. Soudain, une idée le traverse.

Scott : Je sais : la clinique vétérinaire!

 

21. INT. – JEEP DE STILES, RUES DE BEACON HILLS, NUIT :

Stiles est étonné.

Stiles : Et si on croise ton patron?

 

22. INT. - COULOIR, MAISON DES ARGENT, NUIT:

Scott : Pas à cette heure-là. La clé est dans un carton près de la benne à ordure.

 

23. INT. – JEEP DE STILES, RUES DE BEACON HILLS, NUIT :

Stiles soupire et tend le téléphone à Derek.

Stiles : Tu vas jamais croire où il veut que je t’emmène…

Derek prend le portable et le colle à son oreille.

Derek (faiblement) : Alors, t’as trouvé?

 

24. INT. - COULOIR, MAISON DES ARGENT, NUIT:

Scott : Comment tu veux que je trouve la bonne balle?! Ils en ont des millions! Cette baraque c’est… un hyper-marché de l’armement!

 

25. INT. – JEEP DE STILES, RUES DE BEACON HILLS, NUIT :

Les paupières de Derek se font lourdes.

Derek : Si tu trouves pas cette balle, je vais mourir, tu comprends?

 

26. INT. - COULOIR, MAISON DES ARGENT, NUIT:

Scott : Finalement, ce serait peut-être pas une grosse perte.

 

27. INT. – JEEP DE STILES, RUES DE BEACON HILLS, NUIT :

Derek : Ah oui, tu crois ça? L’alpha va t’appeler une seconde fois mais là il faudra que tu choisisses : tu tues avec lui ou c’est lui qui te tues.

 

28. INT. - COULOIR, MAISON DES ARGENT, NUIT:

Scott cesse de faire les cent pas.

 

29. INT. – JEEP DE STILES, RUES DE BEACON HILLS, NUIT :

Derek : Ta seule chance de survivre c’est que je reste en vie. Trouve la balle.

Il raccroche.

 

30. INT. - COULOIR, MAISON DES ARGENT, NUIT:

Scott raccroche à son tour. Il soupire, indécis. L’adolescent s’approche finalement d’une porte ornée d’un système de verrouillage. Il l’ouvre quand subitement, une alarme se fait entendre. Scott referme précipitamment la porte et l’alarme s’arrête. Kate se tient soudain derrière lui, arborant un sourire moqueur face à son expression paniquée.

Kate : On dirait un p’tit chiot qui a perdu sa maman.

Scott : Euh… je cherchais juste la salle de bain.

Kate : Tiens donc… (Elle croise les bras, amusée) Et ça y ressemble, tu trouves?

Scott tourne la tête et aperçois le contrôle du système d’alarme.

Scott : Non.

Kate (en même temps: Non. (Elle pointe une autre porte) Dans la chambre d’ami.

Scott (en souriant) : Merci, désolé.

Il va au bout du couloir mais se retourne pour jeter un coup d’œil vers la femme. Elle le pousse à continuer et reste là jusqu’à ce qu’il entre dans la pièce. Kate s’en va. Scott allume la lumière de la chambre et fait quelques pas vers la salle de bain, hésitant. Il s’apprête à y entrer quand son regard tombe sur un énorme sac noir dépassant de sous le lit. Le loup-garou s’assure que le couloir soit désert avant de refermer la porte de la chambre. Puis il s’accroupit devant le lit et tire le sac vers lui. Scott défait la fermeture éclair et découvre un mince coffre gisant parmi des vêtements. En l’ouvrant il découvre un assortiment de munitions. Parmi celles-ci se trouve un petit boîtier. Il l’ouvre à son tour et y trouve des munitions spéciales. Une balle manque à l’appel. Scott sort une des munitions de son étui et l’examine. Ses yeux luisent d’un jaune brillant… puis redeviennent normaux. Il range la balle dans sa poche de pantalon et referme le boitier. C’est en manipulant l’objet qu’il aperçoit une inscription sur le dessus. Scott sort son téléphone portable et ouvre une application pour traduire les mots français. La réponse : aconit napel bleu nordique. Scott est perplexe.

Scott : Quoi…?

Il range le boitier, son téléphone portable et referme le coffret.

 

31. EXT./INT. – CLINIQUE VÉTÉRINAIRE, BEACON HILLS, NUIT :

Stiles lève la porte coulissante d’un petit entrepôt adjacent à la clinique. Sous les jappements lointains des chiens, il allume la lumière. Son portable sonne. Derek entre à son tour et s’affaisse sur des piles de sac de nourriture pour animaux. Stiles lit le texte qu’il a reçu.

Stiles : « Aconit napel bleu nordique », ça te dis quelque chose?

Derek : Forme rare d’aconit tue-loup… Dis-lui de m’apporter la balle.

Stiles : Pourquoi?

Derek lève les yeux vers l’adolescent.

Derek : Parce que sinon, je suis mort.

Ils échangent un long regard.

 

32. INT. – SALLE À MANGER, MAISON DES ARGENT, AU MÊME MOMENT :

Scott est de retour dans la salle à manger.

Scott : Dite, il faudrait que je rentre. Merci, pour le dîner.

Il s’apprête à partir.

Kate : Non non non non, tu restes pour le dessert. Je veux te connaître un peu plus. Assied-toi.

Elle lui fait signe de se rassoir. L’adolescent s’exécute à contrecœur.

Scott : D’accord.

Victoria : Allison nous disait justement que tu travailles pour un vétérinaire.

Scott : Oui…

Allison : Tu sais, quand tu as mis une attelle au chien que j’ai renversé?

Scott : Oui.

Son téléphone émet un signal : il a reçu un message de Stiles disant « Il faut que tu te ramènes MAINTENANT ».

Chris : Ton patron, il a une théorie sur les attaques d’animaux? Qu’est-ce qu’il en pense?

Scott : Euh… d’après ce que tout le monde dit, c’est un puma, non?

Kate (moqueuse) : Il faudrait que ce soit un très gros puma, alors.

Victoria lance un sourire entendu à sa belle-sœur.

Victoria : Tu as une théorie, Scott?

Scott : Pas vraiment. On nous emmène des chats et des chiens, en général, pas de bêtes sauvages.

Chris : Et des chiens enragés, vous en avez eu?

Un malaise semble tomber sur la table.

Scott : Non.

Chris : Ah, non… On avait beaucoup de chiens dans ma famille. J’en ai vu un attraper la rage à cause de cette chauve-souris.

Au même moment, Kate boit une gorgée de vin avec un air exaspéré.

Kate (à elle-même: Encore cette histoire…

Chris : Elle l’avait mordu. Les gens pensent qu’un chien malade de la rage devient fou tout d’un coup mais en réalité, ça se fait progressivement. Le premier stade, c’est des légers changements de comportements. L’agitation, la monotonie. C’est le second stade dont on parle tout le temps. Là, ils sont comme possédés. C’est le stade où ils attaquent. Pas seulement les humains mais tout ce qui bouge. Un chien enragé est capable de se casser les dents pour pouvoir se libéré de sa cage et parfois, en tirant, il se brise même la colonne vertébral. Est-ce que tu imagines? La force qu’il faut pour faire ça?… C’est fou un tel renversement. Un animal inoffensif devient le prédateur le plus féroce qui soit. Tout ça à cause d’une petite morsure.

Plus le monologue avance, plus Scott devient troublé. Allison tente d’alléger l’atmosphère.

Allison : Mais il a fini par mourir?

Victoria : Oui, ton grand-père l’a achevé avec son fusil.

Scott est soudain alarmé.

Allison : Parce qu’il voulait mettre fin à ses souffrances.

Chris : Non, parce qu’il était trop dangereux! On ne peut pas laisser vivre une bête aussi incontrôlable.

Chris croise le regard de Scott. L’adolescent détourne les yeux.

 

33. INT. – CLINIQUE VÉTÉRINAIRE, NUIT :

Stiles ouvre les portes de la salle d’examen, Derek sur les talons.

Stiles : Bon, on y est.

Il allume les lumières. Derek enlève son chandail souillé. L’homme expose son avant-bras touché par la balle sur la table de métal. Les veines entourant la blessure suppurante sont noires et proéminentes. Le membre dégouline de sang.

Stiles : Très sincèrement, après une bonne nuit de sommeil et une p’tite cure d’huiles essentielles, tu seras sur pied en moins de deux.

Derek (avec difficulté: L’infection va remonter jusqu’au cœur et je vais mourir.

Derek se détourne de la table et commence à fouiller dans les armoires environnantes.

Stiles : Eh dis-moi, « penser positif » c’est pas ton truc, j’ai l’impression…

Derek : S’il ramène pas la balle à temps, il n’y aura qu’une chose à faire.

Stiles (avec appréhension) : Mais encore?

Derek trouve finalement ce qu’il cherchait. Il prend la scie mécanique et la montre à Stiles.

Derek : Il faudra que tu me coupe le bras.

L’adolescent est sous le choc.

 

34. INT. – MAISON DES ARGENT, NUIT :

Le repas est terminé et Scott enfile sa veste dans le vestibule. Allison descend les marches et lui tend son sac à dos.

Allison : Tu peux pas savoir à quel point je m’en veux.

Scott enfile son sac pendant que lui et Allison se dirigent vers la porte d’entrée.

Scott : Pourquoi?

Allison : Pour t’avoir fait subir le repas de famille le plus pesant de toute l’histoire des dîners insupportables.

Scott : En fait, non. C’était pas le pire. Celui qui vient en première place c’est la fois où mes parents m’ont dit qu’ils allaient divorcer… La seconde place, c’est ce soir.

Allison sourit. Elle se rapproche de lui mais Scott croise le regard de Chris. L’homme boit un verre dans la cuisine.

Scott : Euh, ton père nous regarde.

Allison (sarcastique: Oh, zut.

Elle l’embrasse. Ils se sourient et Scott ouvre la porte…

Kate : Pas si vite, toi.

La tante d’Allison marche jusqu’à eux.

Allison : Y a un problème?

Kate : Euh… J’ai quelque chose à demander à Scott.

Scott : Moi?

Kate : Ouais, toi.

Elle tend le bras pour refermer sèchement la porte derrière l’adolescent.

Scott : Qu’est-ce qui a?

Kate : Euh… (Elle soupire et sourit) Qu’est-ce que t’as pris dans mon sac?

Allison semble mal à l’aise. Scott est perplexe.

Scott : Quoi?

Kate : J’te demande, qu’est-ce que t’as pris dans mon sac?

Il lance un regard à Allison, perdu. La jeune fille devient agitée.

Kate : T’as besoin que je répète la question ou que je l’énonce plus clairement ?

Le père d’Allison approche.

Chris : Qu’est-ce qui se passe?

Allison : Scott, fais pas attention…

Kate (à Chris) : J’avais laissé mon sac fermé dans la chambre d’ami et je l’ai retrouvé ouvert. Scott est allé utiliser la salle de bain et juste après, je retrouve mon sac ouvert.

Allison : Il a rien fait.

Scott : Oui, je vous assure.

Kate : Il m’a pris quelque chose dans mon sac. Bon écoute, je regrette énormément d’avoir à jouer les flics, surtout quand je vois ces beaux yeux ténébreux à tomber par terre. Non je sais pas, t’es p’t’être klepto ou alors… simplement curieux. Ou carrément stupide. (Allison lève les yeux au ciel) Mais je voudrais une réponse. Qu’est-ce que tu m’as pris?

Scott hausse les épaules.

Scott : Mais rien, je vous le jure.

Kate : Tu peux bien me le prouver.

Allison : T’es sérieuse?

Kate : Vide tes poches, s’il te plaît.

Allison : Papaaa!

Chris ne fait que secouer la tête.

Kate : J’espère que je me trompe. Allez, prouve-le moi.

Allison craque.

Allison : Je vais te le prouver, moi. C’est pas Scott qui a fouillé dans tes bagages. C’est moi.

Kate (dubitative) : Toi?

La jeune fille offre un sourire pincé et sort un condom de sa poche.

Allison : Mm-mm, moi.

Elle fixe sa tante et son père, sans gêne. Scott jette un coup d’œil à l’objet et flippe quand il découvre de quoi il s’agit. Il détourne la tête, gêné devant le regard affolé de Chris. Kate semble mi honteuse mi amusée alors que Chris est à court de mot. Scott regarde Allison, complètement ahuri.

 

35. EXT. – MAISON DES ARGENT, PLUS TARD :

Scott sort de la maison et prend son vélo. Il marche dans l’allée quand il s’arrête soudain, frappé par la signification du geste d’Allison. L’adolescent jette un dernier regard à la demeure alors qu’un sourire béat naît sur son visage. Scott enfourche son vélo et pédale hors de la propriété des Argent, complètement extasié.

 

36. INT. – CLINIQUE VÉTÉRINAIRE, NUIT :

Derek dépose la scie sur la table et la pousse devant Stiles. L’adolescent prend l’objet, abasourdi. Il l’a fait brièvement fonctionner mais la repose immédiatement, l’air complètement dépassé.

Stiles : Oh c’est pas vrai, merde… Et si tu te vide de ton sang?

Pendant ce temps, Derek enroule un garrot autour de son bras tout en tenant un bout entre ses dents.

Derek : Ça cicatrisera normalement.

Stiles regarde son bras et fait une grimace, dégoûté.

Stiles : Écoute, je crois pas que j’y arriverais.

Derek : Pourquoi?!

Stiles : Ben… parce que j’ai pas envie de t’entailler la chair, de te scier l’os et parce que tu vas pisser le sang!

Derek (exaspéré) : Me dit pas que tu t’évanoui dès que tu vois du sang!

Stiles : Non mais ça pourrait peut-être m’arriver à la vue d’un bras amputé!

Derek réprime sa colère.

Derek : Bon, comme tu voudras. C’est bien simple : sois tu me coupe le bras, sois c’est moi qui te coupe la tête.

Stiles : Je vais te dire ; ça marche plus les menaces alors continu ton-

Il est interrompu quand Derek tend le bras, agrippe son chandail et le tire vers lui, menaçant.

Stiles (nerveux) : Ok ok ok, ça va, c’est bon, marché conclu, t’as gagné. C’est comme tu veux, après tout…

Derek est pris de malaise.

Stiles : Quoi, qu’est-ce qui a?

Le loup-garou a des haut-le-cœur. Il se penche à côté de la table. Tout à coup, Derek vomit une mixture noire. Stiles est tellement dégoûté qu’il en est effrayé.

Stiles (la voix aigüe) : Oh oooh quelle horreur! Mais qu’est-ce que c’est que ce truc?

Derek : C’est mon corps ; il essai de cicatriser.

Stiles : Bah il se débrouille pas terrible alors…

Derek lance un coup d’œil à Stiles et s’appuie contre la table.

Derek : C’est le moment, allez, fais-le.

Stiles est blême.

Stiles (récalcitrant) : Tu veux pas demander à quelqu’un d’autre?

Derek : FAIS-LE J’TE DIS!

Stiles : D’accord, d’accord… c’est pas vrai…

À contrecœur, il prend la scie et presse brièvement la touche. Il l’appuie contre le bras de Derek, sous le garrot. L’adolescent semble être sur le bord de la crise de nerfs. Derek crispe les yeux. Stiles agrippe fermement l’objet des deux mains.

Stiles : Oh mon dieu! C’est parti, je coupe!

Scott (voix off) : Stiles?!

Le visage de Stiles se lisse. Il regarde en direction de l’entrée de la pièce, incrédule.

Stiles : Scott…

Son meilleur ami apparaît enfin dans la pièce. Il est choqué de voir la scie sur le bras de Derek.

Scott : Mais t’es dingue! Qu’est-ce que tu fais?!

Stiles ne répond pas, trop occupé à être infiniment soulagé. Il soupire et regarde son ami comme s’il était la 8ème merveille du monde.

Stiles : Ah, tu viens de m’éviter toute une vie de cauchemar.

Derek : T’as la balle?

Scott fouille dans la poche de son pantalon et donne la balle à Derek. L’homme se redresse en chancelant et l’examine.

Stiles : Tu vas faire quoi, alors?

Derek (faible) : Je vais… Je…

Épuisé, Derek chancèle. Il laisse tomber la balle et perd connaissance. Scott vois la balle rouler hors de portée, désespéré.

Scott : Non! Non, pas ça!

La balle tombe à travers la grille d’un drain. Derek tombe sur le sol. Scott s’allonge immédiatement près de la grille pour retrouver la balle. Ses doigts semblent être trop courts pour l’atteindre. Stiles va au chevet de Derek et tente de le réanimer. Il prend son visage entre les mains.

Stiles : Derek! (Il lui tapote la joue) Allez, réveille-toi s’il te plaît! Scott, qu’est-ce qu’on fait maintenant?

Scott (énervé) : Je sais pas, moi! Elle est trop loin! J’y arrive pas!

Stiles : Il veut pas se réveiller!

Scott ferme les yeux et lutte. Un de ses doigts n’est qu’à un centimètre de la balle.

Scott : Allez…

Stiles : Il est en train de mourir. (Paniqué) Je crois qu’il est mort!

Scott : J’y suis presque!… (Murmure) S’il te plaît…

Peu à peu, Scott se calme. Il se concentre et laisse sa transformation de loup-garou prendre le dessus. Ses ongles s’allongent… Doucement, l’adolescent parvient à saisir la balle entre ses griffes. Les yeux toujours fermés, il la passe lentement à travers la grille. Il ouvre les yeux.

Scott (excité) : Oh! Ça y est, je l’ai! Je l’ai!

Stiles regarde Derek et se résigne à contrecœur à recourir à une méthode plus forte pour le réveiller.

Stiles : Pitié, me tue pas après ça…

Stiles ferme son poing et prend de l’élan. Il frappe le visage de Derek. Aussitôt, Stiles pousse un cri de douleur. Il secoue sa main.

Stiles : Ooh Putain…!

Au moins, la manœuvre a fonctionné et Derek se réveille.

Derek (à Scott) : Donne-moi ça.

Scott lui donne la balle et l’aide à se relever.

Scott : Allez! Debout!

Stiles : Oh, je me suis latté!

Sous les yeux incrédules de Scott, Derek mord la balle. Il recrache la partie supérieure et vide le contenu de la balle sur la table ; une fine poudre verdâtre. Derek allume un briquet contre la poudre. Elle s’enflamme et émet des étincelles brillantes.

Stiles (à lui-même) : C’est quoi ce truc?

Les étincelles disparaissent et un mince panache de fumée bleu s’élève au-dessus de la table. Derek s’empresse de réunir la poudre dans sa main. Il prend un temps d’arrêt pour rassembler son courage et soudainement, il abat sa main contenant la poudre directement sur la plaie. Le loup-garou s’assure d’en mettre aussi dans la plaie avec son doigt. Derek hurle de douleur et se plie en deux. Il tombe au sol et son corps est parcouru de spasmes. Les adolescents se retrouvent côte à côte et observent la scène avec effroi. Derek hurle de plus belle. Soudain, la plaie se résorbe et les veines noires disparaissent. De la balle s’échappe un mince filet de fumée bleu, avant qu’elle disparaisse à son tour. Pendant que Scott se remet du choc, un sourire naît sur le visage de Stiles.

Stiles : Alors ça je peux te dire, c’était énorme! (En brandissant le point) Trop la classe!

Derek se redresse péniblement.

Scott : Ça va aller?

Derek (sarcastique: Ouais, c’était une vraie partie de plaisir.

Stiles : T’as pas perdu ton sens de l’humour, j’en déduis que t’es en bonne santé.

Derek le foudroie du regard avec une telle intensité que Stiles prend un pas de recul. Puis le loup-garou s’affaire à détacher le garrot de son bras.

Scott : Bon, on t’a sauvé la vie. Ça veut dire qu’on a réglé nos comptes et que tu nous laisse tranquille! Sinon, je te promets que je vais voir le père d’Allison et je vais tout lui raconter!

Derek : Parce que tu leur fait confiance? Tu crois vraiment qu’ils t’aideront?

Scott : Bah ouais, pourquoi pas? Ils seront toujours plus gentils que toi.

Derek lui adresse une expression narquoise.

Derek : Je peux te montrer à quel point ils sont gentils.

Scott est intrigué mais appréhensif.

Scott : Comment ça?

 

37. EXT. – MAISON DE REPOS, BEACON HILLS, NUIT :

La camaro de Derek s’arrête dans le stationnement du bâtiment. Scott descend du côté passager et ferme la portière.

Scott : Pourquoi tu m’amène là?

L’homme ne lui répond pas et se dirige vers l’entrée. Scott s’empresse de lui emboîter le pas.

 

38. INT. – CHAMBRE, MAISON DE REPOS, PLUS TARD :

Derek entre doucement dans la pièce sombre. Il va se placer devant son seul occupant : un homme catatonique, immobile dans une chaise roulante. Derek ne fait que le fixer d’un air triste. Scott regarde l’homme puis Derek, sans comprendre.

Scott : C’est qui?

Derek : Mon oncle. Peter Hale.

Scott : Est-ce qu’il est… comme toi? C’est aussi un loup-garou?

Derek : C’en était un… (À voix basse) Maintenant il est à peine humain. Il y a six ans, pendant que ma sœur et moi étions à l’école, notre maison a pris feu… Onze des nôtres étaient à l’intérieur… Lui seul a survécu.

Scott : Je veux bien, mais… qu’est-ce qui te fait croire que ce sont les Argent qui ont fait ça?

Derek croise enfin le regard de Scott.

Derek : Ils étaient les seuls à connaître notre existence.

Scott : Dans ce cas… c’était légitime, non?

Derek : Légitime? Alors dis-moi ce qui justifie ça.

Il saisit les bras du fauteuil de son oncle et le tourne vers eux. Scott découvre alors le visage à moitié défiguré de Peter Hale. L’adolescent est choqué.

Derek : Ils disent ne tuer que des loups garous adultes, seulement lorsqu’ils en ont la preuve. Mais y avait des gens parfaitement normaux dans cet incendie. Les voilà, leurs règles du jeu! Et un jour, Allison fera la même chose!

Soudain, une préposée apparaît dans l’embrasure de la porte.

Jennifer : Qu’est-ce que vous faites ici?! Comment êtes-vous entré?

Derek : On partait, justement.

Il quitte la pièce en entraînant Scott à sa suite. Peter Hale reste là, le regard vide et la tête penchée sur le côté.

 

39. – EXT. – MAISON DES ARGENT, NUIT :

Allison sort subrepticement de la maison. Elle descend lentement le porche en s’adressant à son téléphone.

Allison : C’est moi, euhm… J’espérais tomber sur toi avant que t’ailles te coucher mais euh… Je voulais encore m’excuser. Pour ce soir… Bon. Appelle-moi.

Elle raccroche et s’apprête à rentrer quand son pied écrase quelque chose : des débris de vitre. Allison examine le sol. Son regard tombe sur la voiture de Kate, placée tout près. Elle s’approche du véhicule quand elle remarque quelque chose qui brille sur le rebord de la portière. La jeune fille prend l’objet entre ses doigts ; il s’agit d’un fragment de vitre. Elle fronce les sourcils, songeuse. Le fragment toujours en main, Allison rentre finalement dans la maison, absorbée dans ses pensées.

 

40. INT. – SALON, MAISON DES ARGENT, NUIT :

Kate fait les cents pas devant le foyer alors que Chris est assis sur le canapé, un verre d’alcool à la main. Tous deux semblent en profonde réflexion.

Kate : Celui qui m’a attaqué était un vrai colosse, à la fois puissant et massif. Mais celui que j’ai blessé, il était plus mince et plus rapide.

Chris : Il doit s’agir de Derek Hale.

Kate : On en est sûr?

Chris : Pratiquement.

Kate : Et y en as que deux?

Chris : Peut-être plus, qui sait?

Kate s’accroupit à côté du foyer et ouvre le gaz du foyer.

Chris : Mais si Derek est toujours en vie, il va nous conduire à l’alpha.

Kate se redresse et acquiesce au plan.

Kate : On attrape le leader et à nous la meute.

Chris lève son verre en direction de sa sœur en un geste d’avertissement.

Chris : Et on oublie pas le code d’honneur.

Kate (moqueuse) : Toi et ton code…

Chris (ferme) : Il est là pour qu’on le respecte.

Kate : Fais-moi confiance…

La femme allume une baguette et la contemple d’un air nostalgique. Soudain, elle la lance sur le tas de bois reposant dans le foyer. Un feu explose brusquement.

Kate : Tu me connais, j’suis réglo.

Elle fait un clin d’œil à son frère.

 

***FIN*** 

Season 1 / Episode 4

Magic Bullet

-

KATE CAR'S

Radio : In other news, local authorities remain perplexed by the animal attacks plaguing Beacon Hills.

Kate : Nice driving, Kate. Nice.

(The Alpha attacks.)

Kate : No ! No ! No ! Come on ! Come on !

ARGENT'S HOUSE

Allison : What's going on?

Chris : Your aunt Kate just texted. I'm heading out to pick her out.

Allison : But it's 2:00 in the morning. Is everything okay?

Chris : Yeah, yeah. She's just having a little car trouble.

Allison : Not serious, is it?

Chris : No, just a flat tire. Go - go back to bed, sweetheart.

CHRIS AND KATE

Chris : Get in.

Kate : Not even "hello," "nice to see you" ?

Chris : All I've got at the moment is "please put the assault rifle away before someone notices."

Kate : That's the brother I love. Chris, there were two of 'em.

Chris : The Alpha ?

Kate : I don't know, but one of them tried to kill me -

Chris : One of them is gonna lead us to the other. He can't do that if he's dead.

Kate : Well, I can't help kill either of them if one of them kills me first.

Chris : How long will it take ?

Kate : Give him 48 hours - If that.

ARGENT'S HOUSE

Kate : I don't see you for a year, and you turn into a fricken runway model ?

Allison : Oh -

Kate : Look at you ! Oh ! Hate you.

Allison : I haven't even showered yet.

Kate : Sweetie, you're a knockout. In fact, I hope you have the boys knocking each other's teeth out for your attention.

Allison : I kind of have one.

Kate : You kind of have one ? Well, you should kind of have a million.

Allison : Need some help unpacking ?

Kate : No, not that one. Oh. See ? You turn out beautiful, and I end up with this kung fu death grip. Sorry, sweetie. I didn't mean to be so rough.

Allison : No worries. Hey, is everything okay with your car ?

Kate : Uh, yeah. I just needed a jumpstart, that's all.

Allison: A jumpstart ?

HIGH SCHOOL - CLASS ROOM

Stiles : If Derek isn't the Alpha, if he's not the one who bit you, then who did ?

Scott : I don't know.

Stiles : Did the Alpha kill the bus driver ?

Scott : I don't know.

Stiles : Does Allison's dad know about the Alpha ?

Scott : I don't know ! Jeez.

(They receive their test.)

Stiles : Dude, you need to study more. That was a joke. Scott, it's one test. You're gonna make it up. Do you want help studying ?

Scott : No. I'm studying with Allison after school today.

Stiles : That's my boy.

Scott : We're just studying.

Stiles : Uh, no, you're not.

Scott : No, I'm not ?

Stiles : Not if I'm forced to live vicariously through you. If you go to her house today and squander that colossal opportunity, I swear to God I'll have you de - balled.

Scott : Okay. Just - Stop with the questions, man.

Stiles : Done. No more questions. No more talk about the Alpha or Derek. Especially Derek - who still scares me.

HIGH SCHOOL - HALLWAY

Derek : Where's Scott McCall ?

Jackson : Why should I tell you ?

Derek : Because I asked you politely, and I only do that once.

Jackson : Hmm. Okay, tough guy. You know, how about I help you find him if you tell me what you're selling him ? What is it ? Is it, uh, Dianabol ? Hmm? HGH ?

Derek : Steroids.

Jackson : No, girl scout cookies. What the hell do you think I'm talking about ? Oh, and, uh, by the way, whatever it is you're out selling, I'd probably stop sampling the merchandise. You look wrecked.

Derek : I'll find him myself.

Jackson : No, we're not done -

(Derek claws Jackson and goes. He listens to the people around him.)

Phone : I'm finished with lacrosse practice at 5:00. I'll be over after that.

Lydia : Scott's coming over ? Tonight ?

Allison : We're just studying together.

Lydia : "Just studying" never ends with just studying. It's like - Getting into a hot tub - Somebody eventually cops a feel.

Allison : Well, so what are you saying ?

Lydia : I'm just saying, you know, make sure he covers up. Hello, snow white ! Do it with him with a condom.

Allison : Are you kidding ? After one date ?

Lydia : Don't be a total prude. Give him a little taste.

Allison : Well, I - I mean, how much is "a little taste" ?

Lydia : Oh, God. You really like him, don't you ?

Allison : Well - He's just different. When I first moved here, I had a plan - no boyfriends till college. I just move too much. But - Then I met him, and - He was different. I - I don't know. Can't explain it.

Lydia : I can. It's your brain flooding with phenylethylamine.

Allison : What ?

Lydia : I'll tell you what to do. When's he coming over ?

Allison : Right after school.

Lydia : Hmm.

(The bell rings.)

HIGH SCHOOL - PARKING

(Derek falls in front of the Stiles' Jeep.)

Stiles : Oh, my God.

Scott : Oh, no no - no - no, not here !

Stiles : You've gotta be kidding me. This guy's everywhere -

Scott : What the hell ?

Scott : What are you doing here ?

Derek : I was shot.

Stiles : He's not looking so good, dude.

Scott : Why aren't you healing ?

Derek : I can't. It was - it was a different kind of bullet.

Stiles : A silver bullet ?

Derek : No, you idiot.

Scott : Wait, wait. That's what she meant when she said you had 48 hours.

Derek : What ? Who - who said 48 hours ?

Scott : The one who shot you.

(Derek's eyes glow.)

Scott : What are you doing ? Stop that !

Derek : I'm trying to tell you, I can't !

Scott : Derek, get up !

Scott : Help me to put him in your car.

Derek : I need you to find out what kind of bullet they used.

Scott : How the hell am I supposed to do that ?

Derek : 'Cause she's an Argent. She's with them.

Scott : Why should I help you ?

Derek : Because you need me.

Scott : Fine. I'll try. Hey get him out of here.

Stiles : I hate you for this so much.

(Stiles and Derek go.)

Allison : Hey. What was he doing here ?

Scott : Stiles was just, um, giving him a ride. Uh, long story.

Allison : But I thought you said you weren't friends with him.

Scott : No, not really. Um, we're still studying together, right ? So I'll meet you back at your place ?

Allison : Yeah.

Scott : Okay, bye.

Allison : See you later.

ARGENT'S HOUSE

Allison : How did you - You got here at the same time I did.

Scott : Oh. Yeah, I—I - I just took a shortcut. Really short shortcut.

Allison : What is going on with you today ? You're acting all kinds of bizarre.

Scott : I'm just - stressing about classes. I'm not doing as good this year.

Allison : Not doing as well.

Scott : See ? Exactly.

Allison : Maybe we should start with English ? Don't worry ! Nobody's gonna be home for hours. Come on.

Scott : Okay.

ALLISON'S BEDROOM

Allison : I'm still unpacking.

Scott : Uh - Haven't you been here for, like, over a month ?

Allison : I'm taking my time.

Scott : Hey, um - So, uh, I figure that we - Start with, um, history -

Allison : What's wrong ?

Scott : Nothing. I just - I—I - Don't wanna make you feel like you have to do something you don't wanna do.

Allison : I'm not doing anything I don't wanna do. Are you ?

Scott : Seriously asking me that question ?

(Scott's phone rings.)

Allison : Are you gonna answer that ?

Scott : Um, uh, it's probably just Stiles. It'll go to voice mail. Eventually.

(Allison tries to pick the phone.)

Scott : Wait ! Um - Uh, yeah, I should answer it now.

STILES' JEEP

Stiles : Hey, try not to bleed out on my seats, okay ? We're almost there.

Derek : Almost where ?

Stiles : Your house.

Derek : What ? No, you can't take me there.

Stiles : I can't take you to your own house ?

Derek : Not when I can't protect myself.

Stiles : All right. What happens if Scott doesn't find your little magic bullet ? Hmm ? Are you dying ?

Derek : Not yet. I have a last resort.

Stiles : What do you mean ? What last resort ?

(Derek lifted his sleeve.)

Stiles : Oh, my God. What is that ? Oh, is that contagious ? You know what, you should probably just get out.

Derek : Start the car. Now.

Stiles : I don't think you should be barking orders with the way you look, okay ? In fact, I think if I wanted to, I could probably drag your little werewolf ass out into the middle of the road and leave you for dead.

Derek : Start the car, or I'm gonna rip your throat out - With my teeth.

ALLISON'S BEDROOM

Scott : It's off. Sorry about that. Who's this ?

Allison : That's my dad's sister Kate, except she's more like my sister. She got here last night.

Scott : Uh, last night ?

Allison : Yup. She had some car trouble, I guess.

Scott : She looks familiar.

Allison : Mm. She actually used to live in Beacon Hills. Maybe you saw her once.

Scott : Did you take these ?

Allison : Back when I thought I was a photographer.

Scott : They're good.

Allison : No, they're not. I stopped when I realized I was terrible at it. Framing's off, bad lighting - Believe me, not good. That was when I thought I was good at painting. Uh, terrible too. That's when I tried poetry. "Terrible" doesn't even come close to describing that.

Scott : What are you good at ?

Allison : I'm gonna show you if you promise not to laugh.

ARGENT'S GARAGE

Allison : So I was nationally ranked as a kid, and my dad really wanted me to go on, but I don't know. I just didn't really like it. Promise you won't laugh ?

Scott : I promise. What the hell is that ?

Allison : It's a compound bow, and I'm pretty sure it requires an arrow to be harmful.

Scott : So that's what you're good at. Archery.

Allison : You said you wouldn't laugh.

Scott : Trust me, I'm - Not laughing.

Allison : So I guess I should explain. We're not some sort of separatist gun - nut family. My dad sells firearms to law enforcement.

Scott : Oh, that's good. So, um - Are you planning on joining the family business ?

Allison: I don't know. You tell me. Would I look hot with a gun ?

Scott : Hotter without.

Kate : Hey, Chris ! Get your ass out of the '50s and come help with the groceries.

Chris : Be right there ! Kids, you mind helping ?

Allison : Sure.

Scott : No problem.

Chris : Great.

ARGENT'S HOUSE - OUTSIDE

Chris : Thank you.

Scott : So do you still wanna study ?

Chris : I think she'll concentrate better on her own.

Scott : Guess I'll see you later then ?

Chris : At school.

Scott : Right.

Allison : Scott.

Chris : Eh, eh, you, on your bike, you inside.

Kate : Oh, come on, Chris. Really ? They were making out in the garage, not shooting amateur porn. You, with the adorable brown eyes, drop your bike. You're staying for dinner.

Chris : Do you eat meat ?

Scott : You don't mind ?

Chris : Actually, no. Give us a chance to get to know each other.

ARGENT'S HOUSE - DINNING ROOM

Victoria : Would you like something to drink besides water, Scott ?

Scott : Oh - No, I'm good. Thanks.

Chris : We can get you some beer ?

Scott : N - no, thanks.

Chris : Shot of Tequila ?

Allison : Dad. Really ?

Chris : You don't drink, Scott ?

Scott : I'm not old enough to.

Victoria : That doesn't seem to stop many teenagers.

Scott : No, but it should.

Kate : Good answer. Total lie, but well played, Scott. You may yet survive the night.

Chris : You ever smoke pot ?

Kate : Okay, changing the channel to something a little less conservative. So, Scott, uh - Allison tells us you're on the lacrosse team. I'm sorry. I don't know anything about that. How do you play ?

Scott : Um, well, you know hockey ? It's a lot like that, only, um, played on grass instead of ice.

Chris : Hockey on grass - Is called field hockey.

Scott : Oh. Yeah.

Allison : So it's like field hockey, except the sticks have nets.

Scott : Exactly.

Kate : And can you slap check like in hockey ?

Scott : Um - Yeah. But it's only the, uh, the gloves and the sticks.

Kate : Sounds violent. I like it.

Allison : Scott's amazing too. Dad came with me to the first game. Wasn't he good ?

Chris : He was fine.

Allison : He scored the last shot, the winning shot.

Chris : True, but he didn't score at all until the last few minutes.

Allison : His last shot ripped a hole through the goalie's net. It was incredible.

Chris : Well, I think the goalie was probably playing with a defective stick, so -

Scott : You know, on second thought, um, I think I'll take that shot of Tequila.

Chris : You were kidding, right ?

Scott : Yeah.

STILES' JEEP

Stiles (phone) :  What am I supposed to do with him?

ARHENT'S HOUSE

Scott (phone) : Take him somewhere, anywhere.

STILES' JEEP

Stiles (phone) : And, by the way, he's starting to smell.

Scott (phone) : Like - like what?

Stiles (phone) : Like death.

ARGENT'S HOUSE

Scott (phone) : Okay, take him to the animal clinic.

STILES' JEEP

Stiles (phone) : What about your boss ?

ARGENT'S HOUSE

Scott (phone) : He's gone by now. There's a spare key in the box behind the dumpster.

STILES' JEEP

Stiles (phone) : You're not gonna believe where he's telling me to take you.

(Stiles gives the phone to Derek.)

Derek (phone) : Did you find it ?

ARGENT'S HOUSE

Scott (phone) : How am I supposed to find one bullet ? They have a million. This house is like - the fricken Walmart of guns.

STILES' JEEP

Derek (phone) : Look, if you don't find it, then I'm dead, all right ?

ARGENT'S HOUSE

Scott (phone) : I'm starting to think that wouldn't be such a bad thing.

STILES' JEEP

Derek (phone) : Then think about this. The Alpha called you out against your will. [...]

ARGENT'S HOUSE

Derek (phone) : [...] He's gonna do it again. Next time you either kill with him or you get killed.

STILES' JEEP

Derek (phone) : So if you wanna stay alive, then you need me. Find the bullet.

(Derek hangs.)

ARGENT'S HOUSE

Kate : You look like a little lost puppy.

Scott : Just looking for the bathroom.

Kate : Bathroom ? Does that look like a bathroom ?

Scott : No.

Kate : No. Use the guest bedroom.

Scott : Okay.Thanks.

(Scott looks in the Kate's bag.)

ANIMAL CLINIC

(Stiles receives Scott's message.)

Stiles : Does Northern blue monkshood mean anything to you ?

Derek : It's a rare form of wolfsbane. He has to bring me the bullet.

Stiles : Why ?

Derek : 'Cause I'm gonna die without it.

ARGENT'S HOUSE - DINNING ROOM

Scott : Hey, um, I should get going. Um, thanks for dinner.

Kate : Oh, no, no, no, no, no. You have to stay for dessert. I wanna know more about you. Sit down.

Scott : Okay.

Victoria : Allison was just telling us that you work for a veterinarian.

Allison : I told them how you put the cast on the dog I hit.

Scott : Yeah.

Chris : What does your boss think of the animal attacks ? Any theories ?

Scott : Everyone was just saying it's a mountain lion.

Kate : It'd have to be a pretty large mountain lion.

Victoria : What do you think, Scott ?

Scott : I don't know. We usually get cats and dogs at the vet. Nothing that vicious.

Chris : Never had to deal with a rabid dog ? Oh. I grew up with a lot of dogs. I saw one get rabies from a bat. It was transferred through the bite. You know, people think that a rabid dog just suddenly goes mad. It's a lot more gradual. First stage is subtle changes in behavior - They're restless, morose. It's the second stage that people know - the furious phase. That's when they attack. And we're talking any moving object. Did you know that a caged rabid dog will break its own teeth, trying to chew through the bars ? It'll even rear back and snap its own spine. Can you imagine the amount of force it would take to do that? It's a complete character reversal. This harmless animal - Turned into a perfectly vicious killer. And it all started with that one bite.

Allison : But it died, didn't it ?

Victoria : Yes, because your grandfather shot it.

Allison : Because he wanted to put it out of its misery.

Chris : Because it was too dangerous. Something that out of control is better off dead.

ANIMAL CLINIC

Stiles : Okay. You know, that really doesn't look like anything some echinacea and a good night of sleep couldn't take care of.

Derek : When the infection reaches my heart, it'll kill me.

Stiles : "Positivity" just isn't in your vocabulary, is it ?

Derek : If he doesn't get here with the bullet in time - Last resort.

Stiles : Which is?

Derek : You're gonna cut off my arm.

ARGENT'S HOUSE - HALLWAY

Allison : I'm so incredibly sorry.

Scott : For what ?

Allison : For that being the worst, most horribly awkward dinner ever in the history of horribly awkward dinners.

Scott : No. Uh, it wasn't the worst. There was this one dinner where my parents told me they were getting a divorce. This comes in at a close second.

(Allison wants to kiss Scott.)

Scott : Your dad's watching.

Allison : Good.

(They kiss and Scott is going to leave.)

Kate : Wait a second, guys.

Allison : What is it ?

Kate : Uh, I have to ask Scott something.

Scott : Me ?

Kate : Yeah, you.

Scott : Okay.

Kate : Uh. What'd you take from my bag ?

Scott : What ?

Kate : My bag. What'd you take from it ? Do you need me to repeat the question, maybe enunciate more clearly ?

Chris : What are you talking about ?

Kate : My bag was open in the guest room, and when I left it was shut. And Scott comes in to use the bathroom, he leaves, my bag's open.

Allison : He didn't take -

Kate : Something was taken from my bag. Now, look - I hate to be the accuser here, Scott, because I really do love those adorable brown eyes, but I don't know if you're a klepto, if you're curious, or - or if you're just stupid. But answer the question. What did you take ?

Scott : Nothing. I swear.

Kate : You don't mind proving it, do you ?

Allison : Are you serious ?

Kate : How about you show us what's in your pockets ?

Allison : Dad ?

Kate : Come on, Scott. Prove me wrong.

Allison : Uh, I'll prove you wrong. Uh, it wasn't Scott going through your bags. It was me.

Kate : You ?

Allison: Mm - hmm, me.

(Allison pulls out a condom from her pocket.)

ANIMAL CLINIC

Stiles : Oh, my God. What if you bleed to death ?

Derek : It'll heal if it works.

Stiles : Ugh. Look - I don't know if I can do this.

Derek : Why not ?

Stiles : Well, because of the cutting through the flesh, the sawing of the bone, and especially the blood !

Derek : You faint at the sight of blood ?

Stiles : No, but I might at the sight of a chopped - off arm !

Derek : All right, fine. How about this ? Either you cut off my arm, or I'm gonna cut off your head.

Stiles : Okay, you know what, I'm so not buying your threats any -

(Derek grabs Stiles by the shirt.)

Stiles : Oh, my God. Okay. All right, bought, sold. Totally. I'll do it. I'll do it. What ? What are you doing ?

(Derek throws up.)

Stiles : Holy God, what the hell is that ?

Derek : It's my body - Trying to heal itself.

Stiles : Well, it's not doing a very good job of it.

Derek : Now. You gotta do it now.

Stiles : Look, honestly, I don't think I can.

Derek : Just do it !

Stiles : Oh, my God. Okay, okay. Oh, my God. All right, here we go !

Scott: Stiles !

Stiles : Scott ?

Scott : What the hell are you doing ?

Stiles : Oh, you just prevented a lifetime of nightmares.

Derek : Did you get it ?

Stiles : What are you gonna do with it ?

Derek : I'm gonna - I'm gonna -

(Derek falls unconscious and drops the bullet.)

Scott : No. No, no, no, no.

Stiles : Derek. Derek, come on, wake up. Scott, what the hell are we gonna do ?

Scott : I don't know ! I can't reach it.

Stiles : He's not waking up !

Scott : Come on.

Stiles : I think he's dying. I think he's dead !

Scott : Just hold on ! Come on. Oh ! I got it ! I got it !

Stiles : Please don't kill me for this.

(Stiles punchs Derek.)

Stiles : Ugh ! Ow ! God !

Derek : Give me -

Scott : Up !

Stiles : Ow ! God -

(Derek heals.)

Stiles : That - Was - Awesome ! Yes !

Scott : Are you okay ?

Derek : Well, except for the agonizing pain.

Stiles : I'm guessing the ability to use sarcasm is a good sign of health.

Scott : Okay, we saved your life, which means you're gonna leave us alone, you got that ? And if you don't, I'm gonna go back to Allison's dad, and I'm gonna tell him everything -

Derek : You're gonna trust them ? You think they can help you ?

Scott : Well, why not ? They're a lot freaking nicer than you are.

Derek : I can show you exactly how nice they are.

Scott : What do you mean ?

BEACONS CROSSING HOME

Scott : What are we doing here ?

(Scott and Derek come into a patient room.)

Scott : Who is he ?

Derek : My uncle. Peter Hale.

Scott : Is he - like you, a werewolf ?

Derek : He was. Now he's barely even human. Six years ago, my sister and I were at school, and our house caught fire. 11 people were trapped inside. He was the only survivor.

Scott : So - What makes you so sure that they set the fire ?

Derek : 'Cause they're the only ones that knew about us.

Scott : Well, then - They had a reason.

Derek : Like what ? You tell me what justifies this. They say they'll only kill an adult, and only with absolute proof, but there were people in my family that were perfectly ordinary in that fire. This is what they do. And it's what Allison will do.

Nurse Jennifer : What are you doing ? How did you get in here ?

Derek : We were just leaving.

ARGENT'S HOUSE - OUTSIDE

Allison (phone) : Hey. Um - I just thought maybe I'd catch you before you went to sleep, but, uh - I wanted to say sorry again for tonight. So - Call me.

ARGENT'S HOUSE - LIVING ROOM

Kate : The one that attacked me was big. It had width and power. But the one I shot was lean and fast.

Chris : Well, that would be Derek Hale.

Kate : Are we sure ?

Chris : Mostly.

Kate : Well, how do we know it's just two of 'em ?

Chris : We don't yet. But if Derek's still alive, he will lead us to the Alpha.

Kate : Take the pack leader, and take the pack.

Chris : And we do it according to the code.

Kate : You and the code.

Chris : It's there for a reason, Kate.

Kate : Of course. I always play by the rules.

Kikavu ?

Au total, 144 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Kln16 
16.08.2018 vers 14h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

Stephye75 
07.07.2018 vers 21h

poupette67 
01.06.2018 vers 19h

Luciole59 
02.05.2018 vers 17h

Elynapeche 
19.04.2018 vers 09h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Un coffret DVD de la saison 1 de The Hollow Crown à gagner avec L'Atelier d'Images et Hypnoweb !
Tirage au sort le 28/09 | Participation gratuite

Participe à notre concours de design en créant un calendrier de l'Avent sur le thème des séries TV !
Participez ! | Date limite : 13/10

Activité récente
Actualités
Pre-Emmy Party hosted by Entertainment Weekly and L'Oreal

Pre-Emmy Party hosted by Entertainment Weekly and L'Oreal
Marisol Nichols était à la soirée "Pre-Emmy Party hosted by Entertainment Weekly and L'Oreal Paris"...

BAFTA Los Angeles + BBC America TV Tea Party

BAFTA Los Angeles + BBC America TV Tea Party
Ross Butler était à l'événement "BAFTA Los Angeles + BBC America TV Tea Party"  qui avait lieu au...

Première de

Première de "Bigger"
Tyler Hoechlin était à la première de "Bigger" qui avait lieu à l'Orleans Arena le 13 septembre à...

Daytime Hollywood Beauty Awards

Daytime Hollywood Beauty Awards
Meagan Tandy était à la soirée "Daytime Hollywood Beauty Awards " qui avait lieu à Avalon ,...

Bigger: Trailer

Bigger: Trailer
ET Tonight nous offre un premier aperçu du film "Bigger" avec Tyler Hoechlin. Le film...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

Luna25, Hier à 18:36

Pas besoin de connaitre la série

choup37, Hier à 18:58

Plein de coms pour le nouveau design de FBI portés disparus.. mais personne pour parenthood?

BenMason, Hier à 21:40

Bonsoir, n'oubliez pas de venir faire un tour sur le quartier de Falling Skies! Bonne soirée!

Locksley, Aujourd'hui à 10:17

Nouveau jeu HypnoChance : 3 coffrets DVD de la saison 1 de The Hollow Crown sont en jeu ! Bonne chance !

cinto, Aujourd'hui à 17:59

La rentrée chez Ma Sorcière Bien aimée est magique; Tabatha change tout à l'école. C'est le sondage; un petit coucou, vote et com? Merci.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site